AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter tous les deux heures → tops-sites

Partagez | 
 

 Caleb ✻ Mec, t'étais tellement bourré hier, que t'as jeté ton IPhone dans le mixer et t'as demander " qui veut du jus de pomme ? " !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

■ messages : 161 ■ monnaie : 565
■ pseudo : sweet disaster × anais
■ célébrité : zayn malik aka choucroute banane

MessageSujet: Caleb ✻ Mec, t'étais tellement bourré hier, que t'as jeté ton IPhone dans le mixer et t'as demander " qui veut du jus de pomme ? " !   Sam 17 Mai - 6:54




caleb wesley, harries
crédits img @zayncangetsomezayn malik.
✻ ✻ ✻
@lightthefuze

PRENOM(S) NOM : Mes parents ont choisis Caleb comme prénom mais ils ont voulu garder mes racines et donc Wesley, le prénom que ma mère biologique m'avais donnée. Et avec tous ça je suis fier de dire que je suis un Harries □ AGE : 23 ans mon pote. □ LIEU DE NAISSANCE/ORIGINES : Je suis née ici à Hillston et à ce qu'on ma dit j'aurais des origines mexicaines mais ce n'est pas certifié. □ ETUDE/MÉTIER : Responsable d'édition dans la maison d'édition de mon père. □ STATUT CIVIL : marié au célibat, encore et toujours. □ ASPIRATION : argent.
Caleb est bilingue, il parle couramment l’anglais ainsi que le français qu’il a appris avec sa grand-mère paternelle canadienne × Il passe très régulièrement sa main dans ses cheveux × Il est allergique aux arachides × Il a un chien prénommé Hadès ×  Il joue du piano depuis tout petit × C’est un jeune homme très cultivé qui s’intéresse à tout mais il n’aime pas le montrer × Il se mordille souvent la lèvre inférieure quand une personne lui parle mais qu’il est dans ses pensées × Il a été travaillé pendant une année à Paris, il est fraîchement de retour a Hilston. × Il chante et danse tout le temps × Caleb est très proche de sa soeur adoptive Lou, il font souvent pleins de chose tous les deux × Sous ses apparences en réalité c'est un gros nounours et surtout un grand enfants, durant les réunions de famille c'est toujours lui qui occupes les enfants de ses cousines × Même si il adore y jouer avec ses amis il est très nul aux jeux videos, le deux seul jeux ou il est bon  sont guitar hero et just dance × Il fait beaucoup de sport et d'ailleurs il joue au basket avec ses amis au moins une fois par semaine.

PLAT PRÉFÉRÉ : Les spaghettis bolognaise de ma grand mère, parce que rien ne vaut la cuisine italienne cuisiné par des gens non italien. □ STYLE DE MUSIQUE : J'écoute vraiment de tout même si le rock et la musique indépendante son vraiment mes genre de prédilection. □ SAISON FAVORITE : Le printemps parce que les les filles commencent à sortir les jupes et les décolletés. □ FILM FAVORI : Officiellement fight club que j'adore mais officieusement c'est N'oublie jamais mais je nierais tout. □ VILLE PRÉFÉRÉE : Paris, a force d'y vivre j'ai finis par ne plus m'en passer. □ OBJET FÉTICHE : Mes bracelets offert par ma soeur il y a quelques années de cela et que je porte tout le temps. □ ANIMAL PRÉFÉRÉ : Le panda, je ne saurais vraiment dire pourquoi mais cet animal m'a toujours fais rire. □ COULEUR FAVORITE : Le rouge, couleur du sang et de la passion. □ SOIRÉE IDÉALE : Une soirée en famille devant la télé à manger des haribo ou une soirée pizza avec les copains à jouer à des vieux jeux vidéo. □ TRAITS DE CARACTÈRE : Impulsif  je prends souvent des décisions sur des coup de tête et je m'emporte assez vite, fêtard dès que je peux je sors que ce soit dans un bar ou en boite j'adore sortir et m'amusez. Les gens me voit comme un salaud sans cœur charmeur qui drague tout ce qui bouge mais quand on me connait bien et que je tiens beaucoup à une personne je suis attentionné, j'aime faire plaisir aux gens que j'aime avec plein de petites attention. Parfois réservé je cache beaucoup mes sentiments, j'en ai une peur bleu donc j’évite de les exposé devant tout le monde mais bizarrement je suissociable, j'ai le contact facile comme on dis et je peux parlé de tout et  de rien avec n'importe qui. Je suis aussibosseur, passionné, curieux, choses qui m'aide beaucoup dans mon boulot pour découvrir de nouvelles choses. Par contre mon plus gros défaut est que je suis arrogant, je suis beau, intelligent et beau parleur alors forcement je le met en avant, prétentieux et joueur, mauvais mélange qui m'attire souvent des ennuies.

PRENOM/PSEUDO : Anaïs / Sweet disaster □ AGE : majeur et vaccinée. □ REGION : Bretagne/france □ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM :    □ AVATAR : zayn malik. □ SCENARIO OU PERSONNAGE INVENTÉ : inventé. □ GROUPE : écrire votre réponse ici. □ COMMENTAIRE :         .
Code:
<span class="taken">◗ </span><bt3>ZAYN MALIK</bt3> → <ca>caleb harries</ca>

_________________

Je leur ai parlé de toi et toutes les choses fantastiques à propos de toi et y'en avait beaucoup. J'ai laissé de côté les choses compliquées, comme comment il a fallu que je te perde pour toujours pour pouvoir enfin te connaître vraiment. Et comment enfin te connaître m'a transformé en une nouvelle personne. Les gens voulaient savoir si tu me manquais. Toujours est-il que j'ai fait simple. Je leur ai dit que je t'aimais et c'est la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 161 ■ monnaie : 565
■ pseudo : sweet disaster × anais
■ célébrité : zayn malik aka choucroute banane

MessageSujet: Re: Caleb ✻ Mec, t'étais tellement bourré hier, que t'as jeté ton IPhone dans le mixer et t'as demander " qui veut du jus de pomme ? " !   Sam 17 Mai - 6:55


✻ HAPPINESS ONLY REAL WHEN SHARED

A la maison, enfance • 9 ans – Mon regard posé sur mon nouveau livre j’étais allongé de façon étrange sur le canapé. J’avais les pieds en l’air et la tête en bas. Je ne pourrais pas expliquer la façon dont je suis arrivé ainsi, ça faisait plusieurs heures que j’avais commencées et j’en étais déjà à la moitié. Ma grand-mère étant prof de littérature dans sa jeunesse elle m’a communiqué son goût pour la lecture. C’est d’ailleurs de famille puisque mon père est à la tête d’une grande maison d’édition et moi je prendrais sa suite. Même à mon age je sais que suivre les traces de mon père est la seul voix possible pour moi. C’est mon destin. Ma mère fit la moue en me voyant dans une tel position pour lire mais elle me déposa mon verre de lait et mes cookie sur la table comme si de rien n’étais. Elle me chouchoute et ça par contre ça énerve mon père. J’ai le droit à tous ce que je veux avec ma mère et mon père n’a pas son mot à dire. Elle prend ma défense en toute circonstance, elle me prépare des cookies et un verre de lait tout les jours, elle me coupe la croûte du pain de mie de mes sandwichs, elle me fait faire les boutiques une dizaine de fois par mois, elle me supporte pendant les matches de basket. Bref, je suis un fils à maman comme dirais mon père. M’enfin il peu parler lui, il chouchoute sa fille comme pas possible. Ça fais à peine quatre ans qu’elle est parmi nous et la moitié de ça vie elle l’a passé dans les bras de notre père. Avant j’étais le petit adulé des deux et même si j’adore être le centre d’attention de ma mère j’aimerai bien que mon père me prête plus d’attention et pareil que ma mère prête un peu plus d’attention à Lou. Je comprends mon père dans un sens, ma sœur est la plus mignonne de toute. Avec sa bouille d’ange c’est impossible de ne pas l’aimer. Quand je levais les yeux de mon livre je pouvais l’apercevoir avec ces poupées, elle me guettait, elle avait envie de jouer c’était certain. J’ai donc posé mon livre délicatement sur la table, j’ai mangé mes cookies et j’ai bu mon lait. Ensuite je me suis allongé de tout mon long sur le canapé simulant un sommeil profond. Il ne fallu pas longtemps pour que la petite fripouille me saute dessus. Je la soulevais alors tout en me levant du canapé. Je la fis tourner en l’air jusqu'à ce que ma mère intervienne pour que l’on ne casse rien. Elle donna alors un cookie à ma sœur en lui disant d’aller dans sa chambre car elle devait me parler avec papa. Je fronçais les sourcils plutôt soucieux de la nouvelle qu’il devait m’annoncer. Ma mère n’avait pas l’air enceinte comme la dernière fois ou j’ai du m’asseoir pour les écouter comme dans une salle d’interrogatoire. « Ecoute…fiston… Ta mère et moi… Nous avons toujours eu du mal à avoir des enfants » J’ai tout de suite sentie qu’un truc clochais, il ne m’a jamais appelé fiston à par ce jour là. C’est ma mère qui a donc pris le relais voyant que mon père n’était pas capable de le faire lui-même. « Ce que ton père essaye de dire c’est qu’on ne tombe pas toujours enceinte comme on le veut et nous avons eu tellement de mal que le médecin a dit un jour que je ne pourrais jamais avoir d’enfant… » J’ai froncé les sourcils encore plus, j’avais que 9 ans comment ils veulent que je comprenne sur le coup ? J’ai donc attendu pour qu’elle continue. « Du coup, un jour alors que nous allions voir ma sœur qui était à l’hôpital nous sommes passez devant les nourrissons et une infirmière nous a indiquer que nous nous trouvions devant les orphelin. Après une petite discussion nous avons décidé d’en adopter un et nous t’avons choisis » La bouche ouverte, le regarde vide, j’étais complètement sonné. Ils m’avaient adopté ? Tout mon petit monde était en train de s’écrouler d’un seul coup. Voila pourquoi je ne ressemble pas à ma sœur et pour quoi mon père ne me porte pas trop d’attention alors que ma mère elle doit juste vouloir compensé. « Et Lou ? » Ma voix était à peine audible tellement j’étais sous le choc. Je sentis les bras de ma mère m’entourer pour me serrer contre elle. « T’as mère est tombé enceinte quelques année plus tard alors qu’on ne s’y attendait plus » Donc je ne suis pas vraiment leur fils et Lou n’est pas vraiment ma sœur. J’avais une envie terrible de fondre en larme mais rien ne vient. Je restais la le regard vide alors que ma mère elle versait quelques larmes. L’homme que j’ai toujours cru être mon père s’agenouilla juste devant pour m’attraper par les épaules. « Ecoute moi Caleb, ce n’est pas parce qu’on t’a adopté que tu n’es pas notre fils, on t’aimera toujours comme si nous t’avions conçu et je ne veux pas que tu l’oublie. On est d’accords champion ? » Mon regard était planté dans le sien et devant sa détermination je ne pu faire autrement que d’hocher là tête en guise de réponse. C’était la première fois que mon père me parlait ainsi. J’étais partagé entre la joie de l’entendre dire ça et en même temps le choc et la tristesse d’un monde qui s’écroule. Mon petit monde était en miette et le seul truc d’encore vrai la dedans c’était Lou. Je vis alors la petite blondinette de quatre ans s’approcher vers moi pour me prendre dans ses bras. Elle me serra très fort et ça eu le mérite de me redonner le sourire. Elle n’était pas montée dans sa chambre comme lui avait demandé maman et elle avait tout entendu même si elle n’avait pas  tout compris, elle avait au moi compris que je ne me sentais pas bien et elle était à présent

Dans les hamptons • 15 ans – J’ai toujours adoré venir en vacances dans notre maison dans les Hamptons mais cette année je déteste ça. Chaque année on vient là pendant trois semaines pour se ressourcer comme dis mon père. Cette année devait être super j’avais convaincu mon père de pouvoir emmener des amis à moi. Il a finalement accepté pour que j’en emmène deux et du coup Chuck et Arya son venu avec moi et toute ma famille. Je devais leur présenter Lily. Qui c’est Lily ? La raison de tous mes problèmes voila tout. Elle vient ici tous les ans comme moi du coup on s’est connue quand on était petit. On a fini par sortir ensemble après une sortit au cinéma avec quelques amis qu’on c’était fait en commun. On est toute une petite troupe à venir là pour les vacances et ça nous a rapproché de se voir chaque année. Bref, cette année j’allais enfin revoir Lily qui m’avait manqué depuis mes dernières vacances. J’étais complètement amoureux de cette fille. Ma mère m’a toujours dit que si jamais je trouvais une fille qui en valait le coup je devais me laisser aller et laisser tous mes sentiments prendre le dessus. C’était la dernière fois que j’écoutais ma mère ! J’ai suivis son conseil et j’ai très vite compris que quand je me laisse trop allé je peux tomber amoureux comme pas possible. Je faisais tout pour faire plaisir à Lily, je lui offrais plein de cadeau car mon père le fait à ma mère et elle à l’air heureuse à chaque fois après elle l’embrasse. Je peux vous dire qu’avec Lily ça marchait super bien. Elle avait deux ans de plus que moi et Chuck était étonné qu’elle soit avec moi. Personnellement j’étais fier. Quand je suis arrivé j’ai alors préparé un truc pour Lily avec les conseils de Chuck. Il a plusieurs grandes sœur alors il sait ce qui plait au fille. J’ai donc rempli un pont de bougie et je l’ai attendu. Quand elle est arrivé elle avait l’air surprise mais elle a sourie gentiment. Elle m’a souris comme on sourit au gars qu’on trouve chou mais qui n’a aucune chance. Si seulement j’avais su avant ce que ce regard voulait dire. Elle m’a alors embrassé pour me remercier et je lui ai dis que je l’aimais comme un fou. Elle a fait une drôle de tête mais elle m’a pris dans ses bras et on s’est allongé sur le sable en regardant les étoiles. Quand je suis rentré j’ai dit Chuck, Arya et ma sœur que c’était le plus beau soir de toute ma vie. Ils avaient l’air content pour moi et le lendemain je leur ai présenté tout le monde. Ma petite sœur était avec nous. Quand c’est comme ça je l’emmène partout, je sais qu’elle ne répète rien aux parents. Je fume même devant elle. Elle m’a grillé une fois alors maintenant je ne vois pas pourquoi je me cacherais d’elle. Elle me répète à chaque fois que c’est mal et moi ça me fais rire même si je sais qu’elle a totalement raison. C’est d’ailleurs Lily qui m’a fait fumer ma première cigarette et moi je trouvais ça cool, résultat maintenant je ne peux plus m’en passer de cette connerie. Le soir suivant Lily m’a dis que ses parents allait au casino du coup elle m’a invité à passer la soirée chez elle. Encore une soirée parfaite et cette fois là j’ai perdu ma virginité avec cette fille. J’étais l’adolescent le plus heureux de la terre. Jusque là il n’y a rien à dire mes vacances ce passait à merveille, j’étais avec deux de mes meilleurs amis du Texas, j’avais eu ma première fois avec Lily, le soleil était au rendez vous et on rigolait bien avec la petite bande, on fumait, on se baignait, on faisait des soirées sur la plage. Mais voila que trois jours après Chuck m’a avoué qu’il ne sentait pas Lily et qu’un truc clochait chez elle. Il s’inquiétait pour moi mais j’étais tellement amoureux de cette fille que je ne voulais pas faire attention comme il me l’a demandé. Résultat en voulant lui faire une surprise un soir je suis arrivé chez elle. C’était deux jours avant notre départ et je ne voulais pas perdre une seconde. En arrivant j’ai vécu la plus froide de toutes les douches froide imaginable. Non seulement je l’ai surprise au lit avec quelqu’un d’autre mais en plus cette personne n’était autre qu’Arya ma sois disant meilleure amie. Je suis repartit sans un mot alors que Lily essayait de m’expliquer mais j’étais déjà loin. Quand je fus sur que j’étais hors de porté de sa vu j’ai fondu en larmes. J’avais tellement mal, je n’avais que 15 ans et je l’a considérais comme la femme de ma vie. Putain j’étais vraiment trop con. J’avais l’air d’une vieille loque sur mon banc à pleurer comme une fillette. Merde c’était la première et dernière fois que ça m’arrivait un truc comme ça.  Le lendemain elles n’avaient plus besoin de se cacher et Lily collait Arya comme jamais. Cette dernière était gênée et à la première occasion elles m’ont pris à part. « Tu es vraiment mignon et tu serais un petit ami super pour une fille qui… enfin tu sais… » Elle m’a alors demandé si je comprenais et je n’avais plus d’expression sur le visage. J’ai répondu un simple oui et je suis partit. J’avais besoin d’être seul. Marchant sans but précis en direction de la route Arya me rattrapa. « Je suis vraiment désolé Cal ça m’ai tombé dessus comme ça » Ça lui ai tombé dessus comme ça ? Sérieusement ? Je me suis stoppé net, je me suis tourné vers elle et je pense qu’elle s’est rendu compte que quelque chose avait changé en moi. « Et bien si c’est comme ça tout est pardonné, ce n’est pas grave » Un petit moment de silence avant qu’elle ne baisse la tête. Elle balbutiait quelques mots comme désolé. J’ai poussé un grand soupir, je l’ai forcé a me regarder bien décidé a en finir le plus vite possible avec cette histoire. « Dès qu’on sera rentré je ne veux plus entendre parler de toi, tu es morte pour moi Arya tu entends ? Et jusque-là je te prierais de ne plus m’adresser la parole » Je voyais les larmes monter dans ses yeux mais j’étais bien trop énerver pour me laisser attendrir. J’ai alors tourné les talons. Je suis rentré à la maison avec Chuck. Durant trois jours j’ai royalement ignoré Arya. Mes parents n’ont pas compris mais n’ont rien dit. Après ces vacances je n’ai plus jamais été le même. J’ai changé radicalement. Maintenant je ne fais plus confiance à personne à pars mes vrai amis. J’ai juré à Chuck que je ne tomberais plus jamais amoureux et qu’aucune fille ne me ferait de mal.


Université – J’ai toujours aimez ce qui étais dure à avoir. C’est comme ça je ne peux pas faire autrement. Ma mère m’a toujours habitué à me donner ce que je veux quand je le veux, sûrement pour compenser du fait que je suis adopter ou alors parce que c’est une maman gâteau. Un peu des deux qui sais. Bref j’ai tellement été habitué à avoir ce que je veux vite et bien que ce n’est même plus drôle. Même les filles maintenant je sais comment les avoir. Je suis beau, j’ai un beau sourire, un corps en très bon état, je suis riche (enfin ma famille), une allure de bad boy et surtout je sais comment leur parler. J’ai tout pour moi et en plus je parle français et c’est toujours un plus car les filles adore quand je leur susurre des mots doux en français au creux de l’oreille. Ca fait toujours son petit effet et j’en suis plutôt fier. Bref tout ça pour dire que les filles je les attire facilement et d’ailleurs je ne m’en plains pas. J’en profite pleinement. Quand je m’ennuie je n’ai qu’à aller sur le campus et c’est limite si les filles ne se batte pas pour m’avoir. Ça a son avantage quand j’ai juste besoin de sexe. Mais bon à la longue ça devient lassant du coup maintenant j’ai trouvé mieux pour me divertir. Je cherche une fille qui me plait et qui va me résister. J’aime ça parce qu’au moins je ne me lasse pas de la fille et puis, au final elles finissent toutes par craquer quand même. C’est comme ça que je me suis mis à draguer Luann. En allant la voir je savais très bien a quoi m’attendre. Elle m’a rembarré direct. Elle devait penser que je la lâcherais mais ça a eu totalement l’effet inverse. J’adore les défis plus que tout et elle en représentait un. Et en quelques jours elle est devenue à la limite de l’obsession pour moi. J’avais envie de savoir qu’elle allait m’appartenir et je dois dire que pour le moment c’est elle qui m’a donné le plus de fil à retordre. J’ai passé plusieurs semaines à la draguer sans relâche en oubliant même mes plans cul habituel. C’était comme ci il n’y avait plus qu’elle qui comptait. Et un jour j’ai enfin eu ce que je voulais. « Tu fais chier là, bon si je t'accorde une seule soirée... Après tu me fous la paix ? » Je n’ai pas sauté de joie mais presque. J’avais réussi. Je suis vraiment le meilleur. Je me suis sentie puissant et les gars en ont entendu parler longtemps de ça. Elle ne m’a même pas posé de lapin quand ont est allé au cinéma. Je l’ai traité comme une reine ce soir là. Quand je vous disais que je suis un pro. Je sais ce que les filles aiment et je suis plutôt doué comme petit ami même si je n’aime pas me comporter comme tel trop longtemps. Je l’ai embrassé en la raccompagnant chez elle. Like a boss. Néanmoins je ne suis pas allez plus loin. Elle n’est pas comme les autres alors je ne la traite pas comme les autres. Quand je suis rentré j’avais cet énorme sourire qui n’est pas passé inaperçu Chuck m’a regarder, il a sourie et il s’est re-concentrer sur son jeu. Je suis allé me coucher comme le garçon sage que je ne suis pas et le lendemain l’affaire était jouée. « Coucou bébé. »J’ai embrassé Luann devant Jonah avant de lui adresser un sourire tout ce qu’il peut y avoir de plus faux. J’étais en couple à présent et franchement si Luann avait pu avoir un autre meilleur ami que Jonah ça m’aurait arrangé. Je ne l’aime pas ce mec c’est physique. Sa tête ne me revient pas et c’est réciproque. J’ai quand même pris sur moi et j’ai réussi à le supporter. J’ai tenu plusieurs mois comme ça. Des fois je m’épate moi-même. Le truc c’est que j’ai du attendre longtemps pour avoir ce que je voulais depuis le début. Depuis que je m’étais mis en couple avec Luann je ne désirais qu’une chose bien claire dans mon esprit. Je voulais me la faire. J’ai du mal à me le dire comme ça mais je n’ai pas d’autres mots. « C'est toujours ok pour ce soir ? »« Bien sur. » Et voila j’ai du attendre pendant plusieurs mois une simple soirée. Un soir ou ses parents ne seraient pas là et ou elle serait prête. Quand j’ai compris qu’elle était vierge j’ai vraiment hésité à tout arrêter mais finalement je me suis dis que je n’allais pas m’arrêté en si bon chemin. J’ai alors attendu avec impatience ce fameux soir ou elle s’offrirait à moi.

Je posais mes clés sur la table, mon blouson sur le porte manteau et je me suis laisser tomber sur le canapé comme une vieille loque. Rory et Chuck mes deux colocataires étaient là tous les deux. Rory déduisit vite le sens de mon énorme soupir. Il me jaugea pendant un instant pour voir si j’étais près à en parler et il a du juger que oui puisqu’il coupa la télé avant de ce retourner vers moi. « Tu l’a largué ? » Bien sur. Ca devait bien arriver un jour. Je n’aurais tout de même jamais pensé que ça aurait été aussi dur de le faire. Après qu’on est couché ensemble je me suis trituré l’esprit pour trouver la manière de lui annoncer mais j’en suis arrivé à la conclusion qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière. En temps normal je couche avec la fille et je ne la rappelle plus, au final elle fini par comprendre que c’est fini mais là je suis quand même rester avec elle assez longtemps pour que je lui dise moi-même. J’ai alors pris mon courage à deux et j’ai fini par le lui annoncer de vive voix. « Tu me sautes et puis tu te casses ? »« Je l'ai pas dis de cette façon.. » « Ouais mais, c'est bien ça que ça veut dire non ? » « J'avais pas envie de te faire du mal. » Dire qu’elle l’a mal pris serait un euphémisme mais en même temps c’est normal. Je suis un connard et d’un certain sens elle aurait du s’attendre à la possibilité que je lui fasse du mal. Je suis arrivé à mon but et c’est tout ce qui compte pour moi. Mes traits étaient durs à présent. J’étais en train de me chercher des excuses et s’était bien la première fois que ça m’arrive. Je ne culpabilise même pas quand je casse par sms mais la je me sens quand même un peu mal. « Tu sais Cal elles ne sont pas toutes comme Lily… » Je tournais ma tête vers Chuck. Il avait juré de plus en parler. Je me suis lever d’un bond et je suis allé me coucher sans rien n’ajouter. Il est venu s’excuser à ma porte et j’imagine qu’il a raconté à Rory toute l’histoire ensuite. J’ai juré que je ne serais plus amoureux et je ne l’étais pas… je ne peux pas avoir des sentiments pour elle, il ne faut pas mais au fond de moi je sais que j’ai des sentiments pour elle. C’est ce qui me conforte dans mon acte. Je me devais de rompre avant de finir comme avec Lily. Je ne peux plus me permettre d’être amoureux comme je l’ai été de Lily mais c’est peu être trop tard…

Paris – Elle était enceinte. Enceinte de Jonah. J’ai accepté de faire croire que j’étais le père de l’enfant. Pourquoi j’ai fais ça ? Pourquoi je suis retourné vers elle ? Je m’étais pourtant juré de ne plus tombé amoureux. A vrai dire j’ai joué avec le feu et ça m’est tombé dessus sans que je ne m’en rende vraiment compte. Je commençais à avoir de réel sentiment la première fois parce qu’elle me plait, elle me plait vraiment cette fille. C’est encore différent de Lily. Avec Luann c’était autre chose. Je ne saurais l’expliqué mais j’ai le sentiment que j’ai fais une grosse erreur que je vais regretter longtemps. Quel genre d’imbécile ce casse de l’autre côté de l’océan après avoir avoué a une fille qu’il était prêt à avoir une relation sérieuse ? Je vous le donne dans le mille, c’est moi bien sûr. Enfin il faut tout de même expliquer le contexte. Je vous dresse vite fais le tableau. Je ne voulais plus tombé amoureux depuis que ma meilleure amie m’a piqué la première fille dont j’ai été amoureux. A partir de là j’ai commencé à avoir peur quand j’ai compris que mes sentiments pour Luann prenaient trop d’ampleur. J’ai accepté de faire croire que j’étais le père de son enfant. Quand j’ai enfin pris conscience que je ne pouvais pas lutté contre mes sentiments je lui ai dit que j’étais prêt pour quelques choses de sérieux. C’est là que j’ai revu Lily de passage au Texas, son visage qui m’a longtemps hanté m’a rappeler ce qu’il s’était passé. Cela m’a rappelé que l’amour ne ferait que me blesser. C’est là que j’ai recommencé à cogiter, un jour elle sera forcée de dire à Jonah que c’est lui le père et dans tout ça je n’aurais plus ma place. Parce que je sais qu’elle a des sentiments pour lui et quand il va vouloir revenir dans sa vie moi je ne serais plus rien. Juste un abrutis amoureux et blesser encore une fois. Sur ce mon père arrive me voir avec une offre des plus avantageuse pour lancer ma carrière. Une place de directeur dans la nouvelle maison d’édition que nous ouvrons à Paris. Un poste d’un an pour mettre tout en place et trouver une personne digne de confiance pour être ensuite à la tête de notre filiale française. Il m’offrait là une chance de faire mes preuves, de montré à tout le monde de quoi j’étais capable. Depuis que je suis en âge de comprendre il m’a plus ou moins formé à le succéder. Ce poste était vu comme un test, un rite de passage pour voir si j’étais prêt ou s’il devait encore m’apprendre plein de chose. J’avais peur et son offre avait tout en positif. Cela me permettait à la fois de partir loin, d’échapper, de fuir mes sentiments, mes craintes et à la fois cela me permettait d’avancer positivement dans ma carrière. J’ai pris l’avion dans les deux jours qui suivirent. « On m’offre une très bonne place dans une agence à Paris, je pars demain, désolé ».Ça c’est le dernier message que j’ai envoyé à Luann. Je suis un putain d’enfoiré, je l’ai toujours été mais là j’ai quand même fais fort. Autant dire que l’estime de moi-même je n’en ai plus beaucoup. Cela fais 6 mois maintenant que je suis partit comme un voleur. Six mois que j’ai repris mon train de vie sans attaches et que j’enchaine les filles. Six mois que je me consacre pleinement à mon travail. Six mois que je me considère comme un pauvre con, un gros lâche. Six mois que j’essaye de me convaincre que je ne l’ai pas blessé. Six long mois à me dire qu’elle est mieux sans moi de toute manière. Mais surtout six moi à me détester parce que je la vois partout. L’autre jour j’ai vu une jeune femme blonde dans un bar et de dos j’aurais juré que c’était elle. Alors je me suis pris une cuite, jack Daniel est mon grand copain en ce moment et j’ai dragué cette fille et ses copines après. Essayant de l’oublier. Comprenant peu à peu l’ampleur des sentiments que j’avais pour elle.

Au bureau, Hillston – J’avais dit avant de partir à Chuck et Rory de se trouver un autre colocataire et de ne pas m’attendre. Ils ont un peu ronchonné mais ils l’ont fait tout de même. Je dois donc me trouver un nouveau toit maintenant que je viens de passer les portes de l’aéroport. Une chance mon père avait prévu le coup. C’est cela qu’il m’a annoncé en premier en m’accueillant à la sortit de mon avion. Le truc c’est surtout qu’il a transformé mon ancienne chambre à la maison en un grand bureau et que je n’aurais pas eu de place. Il m’a juste annoncé qu’il m’avait trouvé une colocataire. J’étais ravie d’avoir ‘une’ colocataire mais ça c’était avant qu’il ne me montre qui était cette fameuse colocataire. Il m’a emmené au bureau pour me montrer un tout le boulot qu’il faudra faire quand je reprendrais mon poste. Je pouvais sentir dans la voix de mon père qu’il était fier de moi et qu’il avait hâte que je revienne travaillé avec lui. Le ton qu’il prenait me rendait heureux et c’est à ce moment que mon année à Paris prenait tout son sens. Déjà physiquement, en un an je suis totalement changé, je n’avais que 4 tatouage sur le bras en partant et maintenant j’en ai plus d’une vingtaine en plus. Un bras complètement recouvert, de plus je m’habille beaucoup plus en costard et j’ai commencé à prendre gout au bon vin. J’ai l’impression de faire plus vieux, plus mature et surtout plus sérieux ce que je crois être du moins je l’espère. « Ma nouvelle secrétaire avais besoin d’un colocataire et elle a gentiment accepté que ce soit toi alors soit gentil s’il te plait » J’avais légèrement froncé les sourcils quand il me dit ça car j’ai toujours été très polie comme jeune homme. Il me fit entrer pour aller la voir tandis que lui partait à la voiture chercher je ne sais quoi. Je suis entré et me suis retrouvé face à une superbe brune que je ne mis pas longtemps à reconnaitre. Je restais bouche bée. Je restais là sans rien dire face à Arya mon ancienne meilleure amie. Elle me jaugeait de la tête aux pieds. Je faisais de même de mon côté. Dans ma tête elle était toujours cette jeune adolescente avec ses petites couettes. Elle a toujours fais en sorte de m’éviter pour que ce soit plus facile pour moi, c’est ce que m’avait dit Lily quand je l’ai revenu il y a de cela un an. Pour le coup Arya est remonté dans mon estime mais j’aurais beaucoup de mal à lui pardonné. Je suis très rancunier et tout le monde le sais. Enfin je ne l’avais pas croisée depuis très longtemps, je n’avais jamais fait mon curieux sur Facebook et cela m’étonne même que je ne l’ai jamais revu avant. Quoi qu’il en soit Arya est devenu une femme et une très très belle femme je peux vous le dire. Je restais même quelques instants déconcerté par la beauté de mon ancienne meilleure amie. « Pourquoi tu as acceptée ? » Elle laissa s’échapper un petit rire mélé a un soupir. « Toujours en colère après tout ce temps ? » « Toujours branchée fille après tout ce temps ou c’était juste les copines des autre qui t’intéressais » Elle se rapprochait doucement de moi toujours avec un petit sourire aux lèvres. Elle saisit doucement le col de ma chemise avant de lever son regard vers moi. « Disons que je ne restreins pas mes choix » Mon regard planté dans le sien le silence était devenu pesant. « Heureusement que je suis célibataire dans ce cas, si tu veux on partagera » Elle laissa s’échapper un nouveau rire avant de me lâcher et de partir de la pièce laissant entré mon père au passage. Il me sourit timidement essayant de savoir si il avait fait une connerie mais je ne laissais rien paraître et changea de sujet tout de suite.


Appartement, Hillston – Tout en ouvrant doucement les yeux j’eu une bonne surprise, la fille que j’avais ramenée chez moi hier ramassait ces affaires. Je préfère ça que de devoir la mettre à la porte. J’ouvre alors doucement les yeux et lui souris gentiment, elle en fait de même. C’est bien d’être sur la même longueur d’onde. Je crois qu’elle s’appelle spencer… Elle me laisse un bout de papier sur le torse alors qu’elle m’embrasse avant de s’éclipser. J’avais raison pour le prénom et j’ai son numéro en prime. Je me refais petit à petit un inventaire depuis que je suis revenu c’est bien. Je fais des tests et elle, elle est bien partit pour être en haut de la liste. Enfilant un jogging je trouve mon téléphone dans ma poche. Avant je le perdais sans arrêt et aujourd’hui je ne m’en passe plus. C’est impressionnant le nombre d’heure que je passe au téléphone depuis que j’ai eu un travail plus important. Avant de sortir de ma chambre pour prendre mon habituel premier café du matin je place soigneusement un bonnet sur ma tête. Ça c’est le gars qui a tellement la flemme de se coiffer juste en se levant qu’il cache la misère avec un bonnet. De toute manière je pense rester en jogging, sans tee shirt et mon bonnet sur la tête toute la journée. Pour une fois j’ai une journée avec rien de prévu. Entre le boulot, les retrouvailles avec les amis et la famille, sans compter les filles… Je suis là depuis seulement quelques semaines et je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir une seule journée de posé. L’autre jour j’ai bien failli faire semblant d’être malade mais ma sœur est venue me chercher. Je suis faible je ne sais pas lui dire non du coup je me suis retrouver à promener mon chien Hadès, qui est devenu le sien durant mon année en France, dans les rues de Hilston. Nous avons passé la journée ensemble et tout allait pour le mieux avant que je ne devienne vraiment malade. Mon corps allait très bien mais mon moral a pris un coup. Tout n’avait pas été  aussi réel depuis plus d’un an… Nous avons aperçu Luann rentré dans un magasin. Lou a tenté de me persuader d’aller la voir mais je me suis défilé comme une merde. J’ai blêmi et je suis partit sans rien dire en sens inverse. J’aimerai m’excuser mais je ne sais pas comment m’y prendre après tant d’absence et surtout après un départ comme je l’ai fait. Enfin je trouverais bien quand j’irais la voir mais pas aujourd’hui. J’ai juste prévu de mettre la musique à fond et de peindre un peu pour décorer ma chambre. Mais avant tout cela, direction mon café. L’odeur qui émane de la cafetière me ravis les narines. Le café et moi c’est une grande histoire. J’en suis tellement accro. Alors que j’allais porter ma tasse à ma bouche, un bruit de porte me fais me retourner. Une belle blonde traverse alors la pièce tout en me faisant un clin d’œil, je reste bouche bée, elle était vraiment pas mal celle-là. J’en ai lâché ma tartine que j’avais attrapée en me retournant. Je me remets doucement de cette vision en étalant ma confiture sur ma tartine. « Je dois admettre que tu as du gout en matière de femme » J’avais entendu des pas doux s’approcher et son rire léger vint se joindre à ses pas. « La tienne était canon aussi Harries, je l’ai croisée » Je laisse un petit sourire s’immiscer aux coins de mes lèvres. Pendant un instant j’en arrive même à oublier la colère et la rancune que j’éprouve à son encontre. Parfois il m’arrive d’oublier pendant de cours instants et de retrouver ma meilleure amie. Elle me manque au fond et je me trahi en appréciant ces moments aussi court sont-ils. Mais elle me ramène vite fais à la réalité. Nous ne sommes plus des gamins, nous avons changés autant mentalement que physiquement. Jusque-là je n’avais pas levé mes yeux de mes tartines mais alors qu’elle arrive à ma hauteur je monte le regard tout en m’apercevant qu’elle est en sous-vêtement. Je m’écarte du plan de travail de sorte qu’elle puisse passer mais la magnifique brune en profite pour se coller à moi un sourire sadique aux lèvres. La cerise sur le gâteau c’est quand même quand elle s’est approchée de moi pour me murmurer dans l’oreille. « Mon choix en matière d’homme est aussi très… sélectif » Elle venait de posé une main sur mon torse pour s’écarter. Et c’est comme ça tous les jours. Un moment nous retrouvons notre complicité d’avant et à l’autre instant elle se transforme en véritable tentatrice. C’est une joueuse, elle l’a toujours été et là elle aime jouer avec moi. Voilà comment me mettre les nerfs à vif. Il se peut que je craque sous peu, je ne suis pas assez fort pour résister à son corps et je n’ai surtout pas de bonne raison de m’accroché. Après tout je suis célibataire et si ça peut la calmer un peu ce serait pas trop mal. 


_________________

Je leur ai parlé de toi et toutes les choses fantastiques à propos de toi et y'en avait beaucoup. J'ai laissé de côté les choses compliquées, comme comment il a fallu que je te perde pour toujours pour pouvoir enfin te connaître vraiment. Et comment enfin te connaître m'a transformé en une nouvelle personne. Les gens voulaient savoir si tu me manquais. Toujours est-il que j'ai fait simple. Je leur ai dit que je t'aimais et c'est la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Caleb ✻ Mec, t'étais tellement bourré hier, que t'as jeté ton IPhone dans le mixer et t'as demander " qui veut du jus de pomme ? " !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BRAQUE ALLEMAND FEMELLE
» Si j'étais un poisson ?
» a quel age avez vous débourré vos irish ?
» J'avoue... je n'étais jamais allé en pélerinage à la mecque des trikes...
» Je me pose tellement de questions.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: WE ARE GOING HOME :: Best Song Ever :: Adore you-