AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter tous les deux heures → tops-sites

Partagez | 
 

 dean ~ nothing can stop us tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

■ messages : 11 ■ monnaie : 113
■ pseudo : punk.leto.
■ célébrité : henry cavill.

MessageSujet: dean ~ nothing can stop us tonight.   Jeu 17 Juil - 11:59




dean, hawthorne
quote quote quote quote
crédits img @henrycavilleditshenry cavill
≈ ≈ ≈

@henrycavilledits/tumblr

   □ PRÉNOMS NOM : hawthorne, dean maddox. □ AGE : trente et un ans. □ LIEU DE NAISSANCE/ORIGINES : né à new york d’un père américain et d’une mère britannique. □ ÉTUDE/MÉTIER : directeur associé d’une agence de communication. □ STATUT CIVIL : célibataire en quête de la femme parfaite (qui ne doit pas être très loin). □ ASPIRATION : amour.
Lorsque je parle, j’ai un fort accent anglais qui ne passe pas inaperçu. ► J’ai tendance à me mordre la lèvre inférieure lorsque je me retiens de dire ou faire quelque chose ou lorsque je me perds dans la contemplation d’une jolie jeune femme. ► J’ai tendance à me passer une main sur la nuque lorsque je suis gêné, nerveux ou prit sur le fait. ► J’ai toujours eu beaucoup de respect pour mon père qui a longtemps été mon mentor, bien que je n’ai jamais cautionné son comportement envers ma mère. ► J’ai été fiancé pendant trois ans à une jeune anglaise, mais nos nombreuses disputes nous ont prouvées que nous n’étions pas fait l’un pour l’autre. ► Je pratique beaucoup de sport pour garder la forme, mais surtout, cela me permet de faire le vide lorsque je réfléchis un peu trop. ► Je ne fume pas et je ne fumerais jamais ; en plus d’être mauvais pour la santé, je trouve que cela pue vraiment et donne une mauvaise image de soi. ► Je prends soin de mon apparence, parfois un peu trop, c’est ce qu’on me reproche parfois – bien que je ne passe pas trois heures dans la salle de bain ou la tête dans mon dressing. ► J’aime beaucoup faire la cuisine et d’ailleurs, je me débrouille vraiment pas si mal derrière les fourneaux. ► Cela prête souvent à sourire vu mon âge, mais j’ai peur des clowns ; c’est ma pire phobie. ► Je n’aime pas buter sur des mots lorsque je suis en colère, cela me donne l’impression de perdre toute crédibilité. ► J’aime être bien habillé et je ne regarde jamais aux dépenses lorsqu’il s’agit de costumes.  

   
PLAT PRÉFÉRÉ : les tagliatelles aux gambas - je pense même que je pourrais vendre ma mère pour ce plat. □ STYLE DE MUSIQUE : j’écoute vraiment de tout parce que j’aime me détendre avec de la musique classique tout comme j’aime faire passer mes humeurs en écoutant un bon vieux rock. □ SAISON FAVORITE : l’automne, sans l’ombre d’un doute. cette saison a toujours été ma favorite et cela ne changera jamais.  □ FILM FAVORI : j’ai toujours eu un gros coup de cœur pour la trilogie du seigneur des anneaux. qu’on ne me demande pas de faire un choix parmi les trois de la saga. sinon, the normal heart entre aussi dans mes favoris. □ VILLE PRÉFÉRÉE : la ville de londres est absolument divine, c’est celle que je préfère au monde. □ OBJET FÉTICHE : une montre qui m’a été offerte par ma mère il y a quelques années ; elle ne me quitte jamais. □ ANIMAL PRÉFÉRÉ : le chat. c’est mignon, petit et on n’a pas besoin de les sortir trois fois dans la journée. □ COULEUR FAVORITE : j’en ai jamais réellement eu, mais s’il faut faire un choix, je penche pour le bleu. □ SOIRÉE IDÉALE : un dîner. des bougies. un bon repas. de la bonne musique en fond. des sourires. des regards échangés. des gestes emplis de tendresse. finir au lit. faire l’amour à wendy jusqu’au petit matin. faire un nombre incalculable de cochonneries avec wendy. rire avec wendy. faire tout ce qui est possible de faire avec wendy. □ TRAITS DE CARACTÈRE : à l’écoute, attentif, bienveillant, sympathique ; dans le domaine privé, je me montre sous mes bons côtés. je ne souhaite jamais que mes proches prennent la fuite ou qu’on pense que je suis un vrai monstre qui ne sait pas rire ou qui est incapable de faire preuve d’altruisme. je sais être un parfait petit ange lorsque c’est nécessaire et je réconforte facilement les gens parce que je trouve sans cesse les bons mots. je ne prétends pas être le mec le plus marrant de cette planète, mais lorsque je suis bien avec une personne, je sais faire rire avec des petites âneries. mais je n’ai pas que des bons côtés, j’en ai aussi des mauvais, surtout dans le travail. dans ce domaine, je suis intraitable. je déteste les tâches mal faites et autant dire que ma secrétaire en prend souvent pour son grade, mais je tente toujours de ne pas être trop cruel bien que mes mots dépassent souvent ma pensée. il faut toujours que je contrôle tout, que je vérifie chaque chose, sans quoi, je me sens mal parce que j’ai cette impression que le travail est bâclé. j’attends toujours beaucoup de mes collègues et des personnes qui travaillent pour moi ; on peut dire que je suis une sorte de patron tyrannique... mais ce n’est pas volontaire ! je suis ainsi et je ne sais pas comment faire pour être différent. néanmoins, lorsqu’un membre de mon équipe a besoin de quelques jours de congés pour des raisons importantes, je ne refuse jamais, je ne suis pas à ce stade ! exigeant, oui, mais pas monstrueux. en outre, mon travail passe souvent avant le reste.

HAPPINESS ONLY REAL WHEN SHARED
Que je déballe ma vie… J’ai l’impression d’être chez un psychiatre, manque plus que le canapé et un type qui griffonne des conneries sur un carnet et l’illusion serait parfaite. Je connais bien les bureaux de psychiatre, non pas parce que je suis dingue et que je suis suivi par un spécialiste, mais parce que ma mère l’est. Deborah Wellington dites « Debby » si vous ne voulez pas avoir droit à un regard noir, jolie britannique de vingt cinq ans a épousée Bartholomew Hawthorne, dit « Bart », jeune américain, homme d’affaires de trente ans il y a de cela trente huit ans. Je sais, le temps passe vite. De cette union est né un fils, moi-même : Dean Maddox Hawthorne a présent âgé de trente et un ans. Mais je sais, on veut connaître le reste de mon existence et non pas que ce piètre résumé.

On commence par mon enfance, si vous le voulez bien. Je suis donc né le vingt sept mars de l’année mil neuf cent quatre vingt trois dans la ville de New York. Mes parents m’ont souvent dis que ma naissance était voulu et qu’ils avaient attendu cela de nombreuses années avant que je ne pointe enfin le bout de mon nez. Cela faisait déjà sept ans qu’ils étaient mariés et ils désespéraient un peu à l’idée de n’avoir jamais d’enfant. Donc on peut dire que j’étais un petit miracle, mais miracle quand même !
Je ne sais quoi vous dire à part que j’étais un petit garçon choyé et heureux. Mes parents aimaient me faire plaisir et j’avais droit à tout ce que je voulais. C’en était à un point où je ne savais carrément pas ce que voulait dire « non » puisqu’on me le disait jamais. Ils accédaient à toutes mes demandes et cela devenait presque chiant puisque je ne pouvais faire aucun caprice. À quoi bon en faire lorsque les parents ne posent aucune limite ? Ils n’avaient pas envie de m’en mettre et se fichaient bien des gens qui disaient que j’étais un enfant trop gâté et que cela me porterait préjudice dans un avenir plus ou moins proche. Ma mère haussait sans cesse les épaules et disait qu’avec une mère psychiatre, j’étais assez bien entouré pour ne pas me perdre dans la folie ou dans les tourments de l’adolescence. Si elle le disait, je ne pouvais que la croire. D’ailleurs, je buvais les paroles de ma mère. Comme beaucoup de petits garçons, j’en étais amoureux, elle était la femme de ma vie et cela la faisait doucement rire. Mon père en riait également ; j’étais aussi proche de lui et il m’emmenait souvent dans ses bureaux lorsque je n’avais pas école. Je passais vraiment mon temps entre l’école et les lieux où mes parents travaillaient. Alors certes, c’était bien moins pratique dans un cabinet de psychiatres, mais ils avaient une salle pour les enfants alors je restais là, je faisais des dessins, des jeux et j’attendais que ma mère me récupère.
D’où le fait que mon enfance n’a rien de particulièrement intéressante.

Le passage à l’adolescence. C’est un moment que beaucoup redoutent parce qu’on ne sait jamais réellement dans quoi on s’embarque, mais dans mon cas, c’était assez bizarre ! Même si j’avais déjà tout, j’avais toujours envie de braver les quelques interdits de mes parents – ouais, avec l’âge, ils en mettaient !-. Alors forcément, quand j’avais treize, quatorze ans, je ne faisais rien de bien méchant. Mais il est vrai qu’à quinze ans, j’avais déjà pris ma première cuite, mais je m’étais toujours refusé à fumer – que ce soit des cigarettes ou d’autres cochonneries -. Je ne voulais pas être accro à ces conneries et je ne voulais pas non plus prendre de la drogue. Mais disons que les soirées où on finissait tous bourrés étaient courantes. Mes parents voulaient toujours me remettre dans le droit chemin, mais j’en avais marre d’eux à cette époque… Il y avait une ambiance de merde à la maison et je ne comprenais pas pourquoi, mais je savais que cela ne venait pas de mon comportement.
En fait, mon père trompait ma mère. Je l’avais appris vers seize ans et je crois que je lui en ai atrocement voulu. Comment est-ce qu’il pouvait faire un truc pareil ? Comment ? Ma mère me semblait tellement parfaite, tellement adorable et lui, goujat qu’il était, il se tapait sa secrétaire. Non mais sérieusement ! Ce cliché de merde venait de faire son apparition dans notre famille et celle-ci se retrouvait complètement brisée. Ma mère ne voulait pas recoller les morceaux, elle n’avait plus confiance et moi non plus, je ne lui faisais plus confiance à mon père. J’avais dix-sept ans lorsqu’ils ont divorcés et je suis parti vivre avec ma mère – ça étonne quelqu’un ? -. Sauf qu’on ne restait pas aux Etats-Unis, on partait en Angleterre, à Londres, dans sa ville natale. C’était le début d’une nouvelle vie.

À Londres, c’était bien, vraiment cool. Cela me changeait de la grosse pomme et j’aimais l’ambiance Londonienne. Je me suis rapidement fait à ma nouvelle vie. Ma mère se remettait doucement de son divorce alors que moi, je poursuivais mes études. Et étrangement, je ne faisais plus de conneries. J’avais trop peur que ma mère aille mal alors je prenais plus soin d’elle qu’autre chose. Mais elle remontait la pente et faisait même la connaissance d’hommes qui voulaient plus qu’être des amis. D’ailleurs, je faisais attention à eux parce qu’il était hors de question qu’un sale type pose ses mains sur elle. Ouais, je me faisais son protecteur et garde du corps. Mais heureusement, elle savait faire les bons choix –malgré tout – et son nouveau compagnon me semblait parfait – et il l’était -. Il se comportait comme un père avec moi, mais ne franchissait jamais les limites, il savait que j’avais un père et ne voulait en aucun cas prendre sa place.
Je voyais toujours mon père d’ailleurs. Il ne vivait plus à New York, il était parti s’enterrer dans une ville du Texas où il montait une boite avec un vieil ami, un certain Derek Sheppard que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam. J’allais parfois à Hillston pour lui rendre visite, mais je ne restais jamais bien longtemps parce que la vie Londonienne me manquait atrocement. Mais j’avais retrouvé une complicité avec mon père et dans le fond, cela me faisait du bien.

Au fil des années, j’avais fais la connaissance d’une jeune femme, Elsa, avec qui je suis resté pendant longtemps, au point d’être fiancé à cette sublime anglaise… Je pensais qu’elle était la femme de ma vie, la femme idéale – je suis toujours en quête de la perfection -. Mais en réalité, je faisais fausse route puisque peu avant les préparations de notre mariage, plus rien n’allait entre nous. On ne s’entendait plus, on n’arrivait plus à rien et toutes nos conversations avaient des airs de disputes. Au final, je n’en pouvais plus et nous avons rompus nos fiançailles à la surprise de tous. Il est vrai que devant les gens, on faisait comme si tout allait bien, mais dans l’intimité, c’était pire que le bordel. Peut-être était-ce ma faute, je n’en sais rien, mais je ne voulais pas vivre avec une personne comme Elsa qui ne pensait qu’à sa petite personne, qu’à ses problèmes et qu’à ses désirs. Pour moi, un couple est synonyme de partage et elle ne connaissait pas ce mot. Alors je passais plus de temps au travail, je me plongeais dedans parce qu’il ne me restait plus que cela. Je bossais dans une grande agence de communication à Londres, mais j’allais bientôt faire mon retour au pays…

C’était il y a deux ans. J’avais reçu un appel de l’hôpital qui m’annonçait que mon père avait fait une crise cardiaque et qu’il se trouvait dans un état critique. Malgré des disputes et quelques années de froid, je l’aimais vraiment, il était mon modèle et je ne voulais pas qu’il s’en aille de cette manière. J’avais sauté dans le premier avion et je l’avais rejoins. Il me semblait tellement faible, tellement petit, là, dans son lit d’hôpital. Pour la première fois de ma vie, je voyais mon père comme un vieillard et plus comme cet homme fort et robuste que j’avais connu autrefois. On avait eu l’occasion de se dire quelques mots, de se pardonner nos erreurs et il est parti. J’ose croire qu’il était serein à ce moment-là.
Son décès apportait d’autres nouvelles : j’étais son seul enfant et dans son testament, tout me revenait, y comprit la société qu’il avait bâti avec ce Sheppard. Comme on bossait dans la même branche, cela ne posait aucun problème et peu après, j’avais fais la connaissance de cet homme que j’avais aussi vu lors de l’enterrement de mon père. Je me devais de reprendre la place de mon père et je devenais ainsi l’associé de Derek Sheppard.

Je n’avais pas les mêmes méthodes que mon père, mais cela semblait convenir. J’apportais une touche de jeunesse dans l’agence et cela plaisait assez à cet homme, bien qu’il me mettait souvent sur la bonne voie lorsque je faisais fausse route. Je n’étais jamais contre les conseils d’un homme expérimenté et dans ces cas-là, mon père me manquait un peu plus encore. Heureusement, je ne montrais jamais rien et je restais très professionnel. Je crois que cet homme m’appréciait vraiment. Mais ni lui, ni moi, n’avait conscience que tout changerait une année plus tard.

Wendy Sheppard. Si ce nom ne dit rien au commun des mortels, il hante mes pensées depuis une bonne année maintenant. Sheppard. Comme mon associé. Elle est sa jeune fille. Jolie rouquine aux airs de poupée de porcelaine, mais qui possède un regard et un sourire à se faire damner. Si je suis tombé sous son charme ? Sans l’ombre d’un doute… Il faudrait être difficile pour que ce ne soit pas le cas ! Elle bosse aux ressources humaines et mon Dieu, elle me rend dingue ! Lorsqu’elle passe devant moi, mes yeux la suivent automatiquement et cela arrive même lorsque je suis en présence de son paternel ! J’ai toujours l’impression qu’il souhaite ma mort. Je comprends qu’il veuille protéger sa petite, mais quand même, je n’y peux rien si elle m’attire autant. Je faisais mon possible pour être professionnel, être toujours respectueux, mais au bout d’un moment, je ne suis qu’un homme… un imbécile, aussi.

Il y a quelques jours, on était là, à deux et on avait une discussion à propos de je ne sais quoi. En vérité, je n’arrivais pas à l’écouter… Je voyais ses lèvres, je savais qu’elle disait des trucs, mais toutes mes pensées étaient ailleurs. Je ne pouvais pas détacher mon regard de son visage, de ses lèvres qui semblaient m’appeler… C’était plus fort que moi, plus fort que la raison, plus fort que tout. Alors que Wendy parlait tranquillement, je l’ai arrêté en plein milieu d’une phrase en l’attrapant par la nuque. Je n’avais pas mis trois secondes à l’attirer contre moi afin que mes lèvres ne se glissent contre les siennes. Je n’arrivais pas à mettre un terme à cela, je n’arrêtais pas, c’était comme si j’avais attendu ce moment trop longtemps. Je n’y avais mis un terme qu’à bout de souffle et j’étais… confus. Je ne pouvais pas faire un truc pareil, mais j’en crevais d’envie depuis trop longtemps. J’avais repris lentement mes esprits et je ne savais plus où me mettre ni quoi dire. Je me souviens avoir murmuré un : « navré, je ne sais pas ce qui m’a… », je n’avais pas achevé ma phrase que je disparaissais déjà dans mon bureau pour me prendre la tête entre les mains. Quel idiot j’étais !

D’autant que maintenant, j’évite autant que possible le regard de Derek sur moi, parce que j’ai l’impression qu’il me surveille, mais la présence de Wendy n’arrange rien… Ce baiser, au lieu de me calmer, n’a fait que confirmer une chose que je savais déjà : mon attirance pour elle va bien au-delà du physique. Mais ce n’est pas bien et il faut que je mette un frein à mes envies… Mais pour combien de temps encore ?

   
PRENOM/PSEUDO : PUNK.LETO. □ AGE : vingt trois années au compteur. □ RÉGION : nord de la france. □ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM : je faisais des recherches sur bazzart et me voilà. □ AVATAR : le magnifique henry cavill.. □ SCENARIO OU PERSONNAGE INVENTÉ : personnage inventé. □ GROUPE : pool. □ COMMENTAIRE : écrire votre réponse ici.
   
Code:
<span class="taken">◗ </span><bt3>HENRY CAVILL</bt3> → <ca>dean hawthorne</ca>
   


Dernière édition par Dean Hawthorne le Ven 18 Juil - 17:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Jeu 17 Juil - 14:00

Bienvenue, courage pour le reste de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

■ messages : 100 ■ monnaie : 681
■ pseudo : RealFaceFilm
■ célébrité : Katerina Graham

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Jeu 17 Juil - 15:37

L'avatar, j'approuve !
Bienvenue.   

_________________
Lay me down tonight in my diamonds and pearls. Tell me something like I'm your favourite girl. Need you, baby, like I breathe you, baby. Need you, baby, more, more, more, more.
--- ©️ Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 11 ■ monnaie : 113
■ pseudo : punk.leto.
■ célébrité : henry cavill.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Jeu 17 Juil - 15:42

merci vous deux !   

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 340 ■ monnaie : 411
■ pseudo : .
■ célébrité : Julian Schratter

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Jeu 17 Juil - 21:44

Bienvenue et bon courage pour ta fiche!   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 900 ■ monnaie : 736
■ pseudo : dancing queen ✰ mariie
■ célébrité : ginger queen

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Ven 18 Juil - 8:44

SUPERMAN  :spman:  
bienvenue sur le forum !

_________________
Sometimes I hate every single stupid word you say. Sometimes I wanna slap you in your whole face. There's no one quite like you, you push all my buttons down. But at the same time, there's something about you, you make me so mad I ask myself. © pink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 11 ■ monnaie : 113
■ pseudo : punk.leto.
■ célébrité : henry cavill.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Ven 18 Juil - 8:54

merci beaucoup.   

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 65 ■ monnaie : 207
■ pseudo : Choco
■ célébrité : Ian Somerhalder

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Ven 18 Juil - 9:35

Bienvenue !!    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 288 ■ monnaie : 1234
■ pseudo : melaluly (mélanie)
■ célébrité : astrid bergès-frisbey

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Ven 18 Juil - 9:49

Bienvenue Quelques points communs entre nos personnages, nous faudra un lien   

_________________
S'il ne devait en rester qu'un, j'aurais voulu que ça soit toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 201 ■ monnaie : 600
■ pseudo : marine
■ célébrité : maia m.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Ven 18 Juil - 13:23

Bienvenue !! =)

_________________
On a toujours le droit, de pleurer, certains soirs, tenu au secret, quand la vie n'est pas, ce qu'on rêvait là, longtemps même, avant même, de voir... Emmanuel Moire ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 11 ■ monnaie : 113
■ pseudo : punk.leto.
■ célébrité : henry cavill.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Ven 18 Juil - 15:42

merci vous trois.   

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 256 ■ monnaie : 456
■ pseudo : Petit_Biscuit (Cléo)
■ célébrité : Kaley Cuoco

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Sam 19 Juil - 10:30

Welcome
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 138 ■ monnaie : 578
■ pseudo : LKD
■ célébrité : MARIE A.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Sam 19 Juil - 18:02

welcome

_________________

∞  losing my breath.
we accept the love we think we deserve
Tu sais, quand on est jeune on a l’impression que tout est la fin du monde mais ce n’est pas vrai. Non, tout commence. Il se peut que tu tombes sur quelques autres gars comme ça, mais un jour tu vas en rencontrer un qui va te traiter de la façon dont tu mérites de l’être, tu seras pour lui le centre de l’univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 11 ■ monnaie : 113
■ pseudo : punk.leto.
■ célébrité : henry cavill.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Sam 19 Juil - 18:27

merci !   

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 749 ■ monnaie : 2376
■ pseudo : alaska ▽ justine.
■ célébrité : jamie dornan.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Dim 20 Juil - 18:46

bienvenue, bon choix d'avatar  I love you garde-moi un lien   

_________________
love and tears.
To see the world, things dangerous to come to, to see behind walls, draw closer, to find each other, and to feel. That is the purpose of life. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 34 ■ monnaie : 143
■ pseudo : sweet disaster × anais
■ célébrité : Martin fuckincute Garrix

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Mar 22 Juil - 8:21

Cavill le magnifique      
Bienvenue parmi nous beau gosse    
Je te valide   Bon jeu sur SoSW  

_________________
Instant crush

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 11 ■ monnaie : 113
■ pseudo : punk.leto.
■ célébrité : henry cavill.

MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   Mar 22 Juil - 8:48

merci !   

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: dean ~ nothing can stop us tonight.   

Revenir en haut Aller en bas
 

dean ~ nothing can stop us tonight.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Feux stop
» FEU STOP
» feu stop
» [CO] êtes vous pour le stop corde
» Feut stop à LED: Est-ce que quelqu'un connaît ça?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: WE ARE GOING HOME :: Best Song Ever :: Adore you-