AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter tous les deux heures → tops-sites

Partagez | 
 

 Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mar 24 Juin - 18:33


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 




J'ai besoin de prend l'air. J'ai toujours affreusement de mal à voir dans un état horrible mon grand-père. Il défaillit de plus en plus. Je ne supporte pas l'idée qu'il ne se souvienne plus de moi.. et pourtant c'était le cas aujourd'hui. Là on se sent tellement seule.. Je n'ai alors plus personne. Je n'ai personne qui peut m'aider, j'ai perdu toute ma famille, je suis un peu orpheline. Je me sens tellement mal que le premier truc que j'ai envie c'est d'aller .. Je ne sais pas.. Je marche dans la rue jusqu'à ma voiture mais cela ne marche pas.. je ne me calme pas. Je pleure bêtement. Je souffle.. Je sèche mes larmes, je déteste que l'on me voit vulnérable. J'entre à l'église mais le prête ne semble pas disponible alors après avoir allumé un cierge pour ma grand-mère je repars. Il se met à pleuvoir et un orage gronde. Génial. Je deviens trempé en moins de deux secondes. Je déteste cette ville.. je ferais mieux de partir dans la maison où j'ai grandi. Je me faufile dans le premier bar, ou plutôt pub que je vois sur le trottoir, je suis trempée. Je remet mes cheveux en arrière.. Il me faut un truc chaud. Je m'installe au bar pour commander un chocolat chaud. Le serveur me sourit gentiment, il a l'âge qu'aurait peut-être mon père. Je souris.. aussi.. Je bois une gorgée brûlante et je regarde la salle avant de le voir de connard ! Avec une gosse. Il est immonde. Je me lève énervée ! Je me plante devant leur table. " Bravo, tu les prends au berceau maintenant ! tu la prostitues aussi ? Comme les autres hein ! ". Je le provoque.. d'ailleurs je ne reste pas devant la table.. je continue et je vais à nouveau sur mon siège sur le bar et je bois légèrement mon chocolat. Jesse est un enfoiré et si mon père l'appréciait c'est la même chose il faut croire. Je ne comprend pas pourquoi mon père voulait que j'ai des fréquentations pareilles.. ça m'empêche presque de dormir.. le strip club est fermé depuis trois jours.. mais je culpabilise plus qu'autre chose.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mer 25 Juin - 6:06

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Je suis en train de sermonner ma jeune soeur, elle s'est battue avec une fille qui aurait apparemment insulté notre famille. Elle est vive, intelligente et parfois monte très vite en pression, résultat : deux semaines de colles et si je n'avais pas plaidé en sa faveur, elle aurait eu une suspension, ouais, faut dire qu'elle a pété le nez de la nana en face. Elle m'écoute mais je vois bien qu'elle campe sur ses positions et puis, je suis pas le meilleur exemple en termes de bagarre, je pars au quart de tour moi aussi et je sais pas toujours m'arrêter, l’hôpital qui se fout de la charité en quelques sortes. Je l'emmène boire un coup pour détendre un peu l'atmosphère, de toutes façons, je ne bosse plus depuis trois jours grâce à cette charmante Melwin, alors j'ai largement le temps. J'ai commencé à potasser mon CV et il est clair que je risque de descendre dans les échelons avec le peu de formations dont je dispose. Samantha tente de commander une bière et Carl, le barman la regarde avec un grand sourire, en ville, tout le monde connait les Rhodes, cette famille où les gamins sont plus ou moins livrés à eux même, on a souvent fait la une des ragots. Je lui donne une légère tape sur la tête et prend un ice tea pour elle et une bière pour ma part, une bière, à 14ans. Dehors, il pleut à torrent. Je souffle un bon coup, c'est un peu la merde en ce moment, les catastrophes se cumulent et la phase de chance dont nous avions bénéficié un temps semble être révolue. Bravo, tu les prends au berceau maintenant ! tu la prostitues aussi ? Comme les autres hein !  Alors que je sirote tranquillement une gorgée de ma bière, je lève les yeux. Oh, c'est pas vrai. Mais qu'est ce qu'elle vient m'emmerder celle là, franchement, on lui a rien demandé, et après, elle se dit respectueuse, pas dans le jugement, sauf qu'elle n'a pas pensé une seule seconde qu'elle pourrait être ma soeur. J'aurais voulu prendre sur moi, mais je ne peux pas. Je tape du poing sur la table et manque de renverser ma bière, je me lève ensuite pour lui faire face, la proximité est presque pesante mais je m'en fiche. Très bien qu'on mette les choses au clair, vous ne m'aimez pas, et la réciprocité est là. Ca ne vous donne pas le droit de venir m'emmerder alors que je vois un verre avec ma soeur. Elle ne dit rien. Et oui, ma soeur. Vous prônez les bonnes choses et essayer de vous convaincre d'être une bonne personne, sauf que votre connerie vous a fait virer 27 personnes exactement, certaines d'entre elles avaient réellement besoin de ce job dont le mari de Tina, juste là. Je baisse la tête et je tente de reprendre mon calme car le barman l’exige. Si vous n'aviez pas envie de ce strip club, pourquoi vous êtes venue ? On s'en sortait très bien sans vous. C'est vrai, elle n'a même pas envie d'en savoir plus sur son propre père, elle se contente de le dénigrer, c'est peut être con, mais je crois que si j'avais la chance de connaitre mon père, je ne perdrais pas mon temps à le haïr.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mer 25 Juin - 13:16


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 




Je le provoque. C'est plus fort que moi, je le provoque. Il m'a cherché la dernière fois à ne pas vouloir me répondre. Je ne sais pas du tout comment il s'en sort maintenant qu'il est viré. J'espère qu'il galère. Allez savoir pourquoi je suis aussi antipathique avec lui, il faudrait que je le confesse au père Irons parce que je me sens un peu coupable d'être comme ça, je ne suis pas sûre que le seigneur l'accepte. En tout cas je n'hésite pas à lui dire ce que j'en pense lorsque je le vois avec une gamine. Il est sérieux ? Il se trimbale avec des gamines qui ne doivent même pas être majeur en France. C'est abusé, il est dégoûtant. Je ne m'attarde pourtant pas, je lui dis ma réflexion et je retourne boire mon chocolat avant qu'il ne vienne m'emmerder à son tour. Ce qu'il ne tarde pas à faire finalement. Je ne le regarde pas lorsqu'il parle. Je bois tranquillement mon chocolat et je le termine. J'en demande un autre, j'ai toujours froid et si je dois subir ce type.. Je continue à ne pas le regarder jusqu'à ce qu'il mentionne à nouveau mon père. Il ne connait pas ma vie, il ne sait pas ce que c'est de décevoir une famille pratiquante.. il ne sait pas ce que c'est de ne pas avoir connu ses parents. Il semble avoir sa petite famille et tout va bien, il semble penser que je reste une petite bourgeoise mais c'est loin d'être le cas. Je croule sous les factures pour payer l'hospice à mon père plus pour payer mes études que je songe à arrêter parce que je n'ai le temps de rien. " Parce que je vais en faire un lieu respectable, peut-être que je reprendrais des gens mais je n'ai pas les moyens de garder ce genre de truc, je n'ai pas envie que l'on assimile mon père encore à ça, il n'était jamais là.. il n'était jamais là pour moi, il est resté caché apparemment dans ma vie, alors vous feriez mieux d'en faire autant, foutez moi la paix. Vous n'êtes qu'un enfoiré qui prétend tout savoir mieux que personne mais vous ne savez rien, DU TOUT ! " Je me tourne vers le bar. Je me sens pas très bien, j'ai mal à la tête et il me prend le chou. " Allez postulez au pole emplois et lâchez moi ! "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Jeu 26 Juin - 15:54

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Elle n'arrête pas de me provoquer, me faire sortir de mes gongs et ensuite elle s'étonne que je ne sois pas courtois avec elle. Franchement, elle me fatigue. Et dire qu'il y a encore quelques jours, j'avais une très grande estime pour elle et que j'étais réellement impatient de la rencontrer. En plus de ça, elle me tourne le dos quand je parle, quelle mégère tiens, si elle est mal baisée -enfin pas baisée du tout- c'est pas de ma faute. Et puis des soucis, on en a tous un paquet, déverser sa colère sur moi ne changera rien du tout. Je n'aime pas son comportement. Parce que je vais en faire un lieu respectable, peut-être que je reprendrais des gens mais je n'ai pas les moyens de garder ce genre de truc, je n'ai pas envie que l'on assimile mon père encore à ça, il n'était jamais là.. il n'était jamais là pour moi, il est resté caché apparemment dans ma vie, alors vous feriez mieux d'en faire autant, foutez moi la paix. Vous n'êtes qu'un enfoiré qui prétend tout savoir mieux que personne mais vous ne savez rien, DU TOUT ! Alors maintenant je suis un enfoiré, c'est la meilleure celle là, à mes côtés Samantha se délecte du spectacle, faut dire qu'elle a l'habitude, à la maison, c'est très souvent mouvementé. Lui foutre la paix, mais je n'attends que ça moi, c'est elle qui vient une fois de plus m'agresser. Ce n'est pas réellement une question de moyens, puisque si vous aviez vu les comptes, vous sauriez que l'affaire fonctionne très bien. Mais faites en ce que vous voulez, c'est à vous maintenant après tout. Ca me brise le cœur, terriblement, à un point que vous n’imaginez même pas, cet endroit, j'y bosse depuis si longtemps... Le seul avantage, je ne serais pas amené à la revoir. Allez postulez au pole emplois et lâchez moi ! Comme si je l'avais attendue pour chercher un nouveau job, je ne peux pas vraiment me permettre des semaines sans rien faire. Avec mon niveau scolaire, seul Mcdo va m'accepter mais c'est comme ça, la vie ne m'a jamais fait de cadeau, en dehors de ma rencontre avec James, alors bon, j'ai fini par prendre l'habitude. C'est qui cette fille ? me lance ma soeur, avec un grand sourire, je vois pas ce qui l'amuse mais bon... Elle est plutôt jolieJe ris jaune. Extérieurement peut être ouais... C'est la fille de James. Il n'était pas rare qu'il vienne prendre le repas à la maison, après tout, sa seule famille était sa fille et on lui interdisait de la voir alors. Je fais comme si elle n'existait pas, c'est un peu comme un meuble pour moi cette fille, inutile et souvent décevant.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mer 2 Juil - 9:43


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 




Je ne gère rien du tout, j'ai juste envie d'exploser. Ma vie tout entière part en live. Elle qui était réglée au millimètre la voilà qui m'entraîne à la dérive avec elle. Je suis pleine de colère et je ne vois plus les choses comme elles devraient-être. Je ne sais pas comment faire, je ne sais plus vraiment comment je dois m'y prendre. Ma grand-mère est morte et elle me manque affreusement. Mon grand-père perd totalement la tête et je n'y arrive plus du tout. Je me retrouve toute seule et je découvre des trucs que je ne savais pas. Mon père me connaissait mais je n'ai jamais eu la chance de la connaitre. Alors oui je suis remontée et c'est lui qui prend tout parce qu'il ne me semble pas tout à fait clean. Le genre de mec qui profite des filles.. je ne sais pas vraiment ce que je suis censée penser. Alors je le méprise totalement, il m'énerve et je passe totalement mes nerfs sur lui et je ne cherche même pas vraiment à lui répondre, qu'il aille se trouver un boulot ailleurs, je suis débordée et je ne gère plus rien. A cette allure je vais devoir dire adieu à mes études parce que je n'ai le temps de plus rien. Je le regarde partir en finissant mon chocolat chaud. Il faut que je rentre que je me repose.  J'attend qu'il sorte avec sa soeur, je ne veux pas le revoir. Il pleut toujours autant dehors. Je paye mes consommations et je prend mon sac. Je sors dehors et je l'ignore en lui passant devant avec sa soeur. J'avance vers ma voiture en fouillant dans mon sac et je trouve mes clés que je lâche.. je suis poisseuse en ce moment. Elle ne tombe pas juste sur le trottoir mais dans le caniveau. Je n'ai pas le temps de les rattraper.. Bordel ! Non, mais c'est une blague ? Je suis trempée déjà. Je m'énerve sur ma voiture, j'en ai marre. Je me met bêtement à pleurer. J'en connais un qui va se foutre de moi. Je l'aurais sans doute mériter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 7 Juil - 13:56

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Elle est là devant moi, je n'en peux plus, franchement je ne suis pas du genre à frapper les filles, a leurs faire du mal, mais avec elle, je pourrais presque faire une exception tellement elle m'énerve. Je sors allume une clope et je commence à tirer dessus rapidement, j'en ai besoin, cette fille mets ma vie sans dessus dessous, tout n'est déjà pas très simple. Elle sort à son tour et fait tomber ses clés... dans le caniveau, la situation est risible, je dois l'avouer, j'ai d'ailleurs le sourire aux lèvres, je demande à ma soeur de rentrer à pieds et je monte dans ma voiture et baisse la vitre arrêté à son niveau.  Montez ! fis je plus autoritairement que je ne l'aurais voulu. Elle a pas vraiment le choix de toutes manières, à moins qu'elle veuille attendre durant des heures dans cet endroit le temps de faire venir un serrurier ? Enfin, je suppose que c'est comme ça que ça se passe, je ne me suis jamais retrouvé dans cette situation. Je voudrais vous montrer un truc et puis, j'ai quelques affaires à récupérer au club. Pour ça, il faudra qu'elle m'ouvre à nouveau les portes du club, qu'elle me laisse y entrer, mais ce n'est pas non plus un monstre n'est ce pas ? Ce que je veux lui montrer, les affaires de son père, les albums photos qu'il a fait d'elle, les papiers de justices qui l'ont empêché de s'approcher d'elle, bref, quelques preuves qui lui feront comprendre que son père est loin d'être aussi indigne qu'elle ne l'imagine. Certes, il est parti quand elle était bébé, mais il a voulu revenir après et ses grand parents l'ont empêcher de se rapprocher, pour des raisons qu'ils considéraient bonnes j'imagine. Après tout, moi même j'essaie d'éloigner notre mère au maximum des autres, parce qu'elle est plus malsaine qu'autre chose. Elle finit par grimper dans la voiture en faisant la tronche. Si vous n'avez pas de double, j'ai un ami garagiste, je peux l'appeler qu'il se charge de refaire les serrures... A moins que vous souhaitiez récupérer votre due dans le caniveau. fis un sourire narquois sur les lèvres, je me moque gentiment, je ne sais pas comment elle va le prendre mais je ne suis plus à ça près. Enfin, j'essaie de faire un effort et d'être sympa, j'espère qu'elle le remarque.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 7 Juil - 14:26


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 



je me sens mauvaise, méchante. Je sais pourtant que je ne suis pas ce genre de fille mais je ne supporte pas que l'on me parle de mon père.. que l'on m'immisce dans ma vie. C'est frustrant de ne pas avoir pu le connaitre, qu'il n'est pas voulu que je sois dans sa vie, j'ai l'impression que tout s'écroule que le monde parfait dans lequel je vivais n'existe plus.. il s'effondre je me fais inonder par un tas d'informations que je ne maîtrise pas. Je me sens à la masse, cette journée est juste affreuse et je ne sais pas vraiment ce que je peux faire. Je déglutis et je sors après avoir régler.. il pleut.. et je cherche mes clés de voitures que je finis par échapper dans le caniveau.. elles disparaissent sans que je n'ai le temps de réagir.. voilà le seigneur me punit.. est-ce que je suis censée lui en vouloir ? ça va me coûter un bras encore mais je n'ai pas le choix. Il faudra que je récupère ma voiture.. et je ne suis pas sûre d'avoir de double.. c'était la voiture de mon grand-père, elle n'est pas toute jeune. Je fond en larmes. Je suis épuisée par toutes ses histoires et querelles. J'en connais qui va se foutre de moi et il n'aurait que raison. J'entend alors une voiture freiner.. une vitre se baisser et sa voix à lui, à Jesse, m'appeler. Il m'indique de monter. Pourquoi il n'est pas sa soeur en train de se foutre de moi ? Il devrait largement le faire d'ailleurs. Je regarde autour de moi.. quoi aurais-je honte ? Je n'ai pas le choix, apparemment il veut me montrer un truc et récupérer ses affaires au club.. bien.. ce n'est pas l'endroit que je rêvais de voir aujourd'hui pour aller mieux mais bon, si je n'ai pas le choix autant passer par le pire pour tenter d'avoir des éclaircies. Je monte.. je sèche mes larmes qui se mêlent aux gouttes d'eau. Je soupire légèrement et il prend la route. Je ne sais pas quoi lui.. dire ? Pourtant je pourrais le remercier. " Merci.. " Il m'annonce qu'il connait une personne à même de me faire un double pour mes clés. Parfait. Je souris légèrement en regardant le déluge par le pare-brise. " Oh moquez vous.. j'irais voir votre ami " Je suis un peu froide parce que je suis un peu vexée.. Je regarde par la fenêtre. On ne tarde pas du tout à arriver. On se presse à entrer. Rien n'a bouger depuis le famaux soir où j'ai viré tout le monde.. je ne suis pas vraiment retourner sur place. " Allez-y aller chercher ce dont vous avez besoin, je ne bouge pas. " Je déglutis.. je regarde les lieux. Je le laisse partir un moment et je me faufile dans les tables.. je finis par regarder la scène, j'aurais pu aimer danser sur une scène mais sans les barres. Je l'entendre revenir. Je m'assois sur l'estrade et je l'attend pour qu'il me montre ce qu'il voulait que je vois.


_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 7 Juil - 15:10

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Elle me remercie, je dois avouer être très surpris, c'est vrai, vu son comportement jusque là, j'avais imaginer qu'elle était le genre de personnes si imbus d'elle même qu'elles considéraient les services comme des dues. Mais c'est agréable, je ne peux le nier et je choisi de ne pas intervenir pour gâcher le seul mot agréable qu'elle m'ai dit après avoir mit les pieds dans cet endroit. Oh moquez vous.. j'irais voir votre ami. Je lui passerais un coup de fils lorsque l'on arrivera. fis dans un sourire, une voiture, c'est une nécessité, j'ai longtemps voyagé à pieds, et ce n'est pas simple quand on a un planning très chargé. On arrive derrière le club, je me gare et on entre tout les deux en se protégeant un maximum de la pluie. Allez-y aller chercher ce dont vous avez besoin, je ne bouge pas. J'en profite pour envoyer un sms à mon pote garagiste, histoire de connaitre un peu la démarche à suivre puis je file dans le bureau de James, tous ces dossiers sont sous clés, il m'avait pourtant fait promettre de ne jamais montrer les dossiers judiciaires à sa fille mais me laisse t-elle vraiment le choix. Je reviens avec une dizaine d'albums photos et quelques documents attestant de son combat pour la récupérer lorsqu'elle n'était encore qu'une gamine. Je pose le tout sur une des tables de bar. Elle risque de tomber de haut avec tout ça.  Je vous laisse quelques minutes, je vais collecter le reste de mes affaires et je vous emmènerais où bon vous semblera. Un sourire charmeur et je m’éclipse une nouvelle fois dans le bureau pour reprendre ce qui m'appartient, je ne remettrais pas les pieds ici avant un moment. Je jette un dernier regard, cet endroit, je l'ai aimé, comme son propriétaire et je perds tout ça, je lui en veux de ne pas comprendre l'importance de ce lieu et dans le fond, c'est peut être une tentative puérile pour la faire changer d'avis. Je ferme la porte et je reviens vers elle, elle semble réellement chamboulé. Je pose une main sur son épaule pour la réconforter, les soucis familiaux, je connais...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 7 Juil - 15:57


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je sèche mes pauvres larmes. Il doit se foutre de moi à l'intérieur, il reste pourtant courtois en m'offrant de quoi m'aider et en plus m'abriter. Je tente de ne rien dire, mais si j'avais eu une autre solution autant vous dire que ce n'est pas ici que je serais. Bon sang j'aimerais tellement être environ trois mois plus tôt. Ma grand-mère n'aurait pas fait cet AVC,mon grand-père ne serait pas en train de défaillir à cause de la perte de celle qu'il a toujours aimé et je ne me retrouverais pas seule avec un strip club sur les bras, détestée de tout les anciens employés, dont le type qui me conduit à cet endroit justement. Il doit me montrer un truc et aller récupérer deux trois trucs. Bien allons, cela ne peut pas être une pire journée je crois. Je me serais volontiers passée de tout cela.. j'aurais peut-être dû rester chez moi.. oui, cette idée semble tellement plus confortable. Je suis trempée qui plus est. On rentre dans le bar à strip tease.. je le préviens que je l'attend ici.. assise sur l'estrade, les pieds dans le vide. J'adore la danse mais pas celle qu'ici on regardait. il revient chargé.. un album.. des papiers.. je ne comprend pas. Il les pose à coté de moi, je me tourne pour le regarder.. mais il préfère me laisser un peu de temps. " merci.. " Il s'éclipse.. j'ai le coeur lourd.. je ne sais pas ce qu'il veut me montrer.. mais j'ouvre l'album... des photos.. certaines sont prises par mes grands-parents.. on a les mêmes. Je déglutis.. je grandis à chaque page et mes larmes montent.. elles coulent sur le papier glacé. Je finis pas le refermer, il a des photos de noël dernier.. puis j'ouvre les dossiers.; des procédures.. il voulait avoir ma garde mais cela n'a pas fonctionné.. mes grands-parents sont peut-être les méchants après tout, je n'avais jamais remis tout cela en question, je leur faisais tellement confiance. Tout se bouscule.. des larmes coulent.. il m'aimait et il m'a laissé tout ce qu'il avait.. ça.. c'est peut-être sa manière de me faire sortir de mon monde pas si parfait que cela, je commence à m'en rendre compte, il savait que ce jour arriverait où je voudrais grandir et prendre mon envole sans eux.. ils ne sont plus vraiment là.. malheureusement lui non plus. Je renifle. Je sursaute presque lorsque je sens sa main sur mon épaule.. Je me tourne vers lui pour bêtement l'enlacer et pleurer.. il est la seule personne.. je n'ai personne d'autres.. je renifle dans son cou. " Je suis désolée.. " Je m'en veux de n'avoir rien compris, j'étais tellement en colère contre le monde entier que je n'ai pas vu les autres possibilités.. " Je n'ai rien écouté.. j'ai été odieuse.. j'ignorais tout ça.. je pensais qu'il ne voulait pas m'avoir dans sa vie, qu'il préférait.. enfin.. ce bar.. que je me suis mise à détester peut-être par jalousie.. tout comme vous.. " Je frotte mes yeux, faisant couler mon maquillage. " On peut le réouvrir.. non ? " je me pince les lèvres en reniflant, je suis anti sexy.. et en plus monstrueuse. " je suis un monstre.. " Je me détourne de lui et je tourne un peu nerveusement les page de l'album ou je suis sous toutes les coutures.. écolière.. ballerine.. anniversaire, noël, Thanksgiving...


_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 7 Juil - 16:27

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Je la laisse un instant, elle doit avoir la possibilité de vivre cet instant seule, ce retournement de situation risque de lui vriller le cerveau. Je reviens au bout de quelques minutes et pose une main sur son épaule, elle sursaute, mon intention n'était pas de l'effrayer, plutôt compatissant. Elle se lève et m'enlace, je dois avouer ne pas réagir sur le coup, trop surpris par cet élan. Je suis un as lorsqu'il s'agit de réconforter mes sœurs mais je ne sais pas, avec elle, c'est différent, je me sens gauche, je ne sais plus tellement comment m'y prendre. Elle pleure à chaudes larmes et je n'ai pas les mots. Je suis désolée.. . De ? Son comportement abjecte jusque là ? Je fronce les sourcils, un peu méfiant. Je n'ai rien écouté.. j'ai été odieuse.. j'ignorais tout ça.. je pensais qu'il ne voulait pas m'avoir dans sa vie, qu'il préférait.. enfin.. ce bar.. que je me suis mise à détester peut-être par jalousie.. tout comme vous.. J'écarquille les yeux de surprise. J'entends vraiment ces mots ? Et si je m'étais planté sur son compte, et si finalement elle était plus humaine que je l'avais imaginé ? Je l'aide à essuyer son maquillage sous les yeux avec mon pouce dans un sourire, pour lui faire comprendre que rien de tout ça n'est grave.  On peut le réouvrir.. non ? Je... Je ne comprend plus rien là, et bien, si j'avais anticiper ce revirement de situation, j'aurais commencé par lui montrer ces documents, ça nous aurait éviter de nous chicaner pour des bêtises. On ? Je vous dire... Vous êtes sure ? Je suis troublé par cette nouvelle personnalité que je découvre. je suis un monstre.. Je la sens colérique, j'hausse les épaules et lui dit simplement : Pas tant que ça finalement, la vie ne vous a pas fait de cadeau... Ça rend méfiant. Je sais de quoi je parle, croyez moi. Un père barré, une mère alcoolique qui passe plus de temps au bar du coin qu'à s'occuper de ses propres enfants, j'ai pas forcément été gâté par la vie, mais j'ai rencontré James et il a donné un tournant positif à mon monde alors que je le pensais perdu à jamais, je lui en serais éternellement reconnaissant. Si vous avez besoin de vous repoudrez le nez ou de vous séchez, il y a des salles de bain à l'arrière. J'ai envoyé une dépanneuse pour votre voiture, vous devriez pouvoir la récupérer demain avec un nouveau jeu de clés. Je ne sais pas si je dois partir ou pas, la laisser avec ces souvenirs. Je ne veux pas m'imposer...
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 7 Juil - 17:40


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je me sens tellement monstrueuse d'avoir pu penser à de telles horreurs sur une personne que finalement je ne devais pas connaître comme je le pensais. c'est l'un de mes défauts, je suis un peu trop obstinée.. et puis je suis comme mes grands-parents, soucieuse du quand dira-t-on.. j'ai peur que ma réputation devienne plus mauvaise.. elle est si bien réglée.. je ne veux pas que les gens se mettent à commérer.. cela me stresse, je n'ai pas du tout confiance en moi et je passe mes journée épuisée à pleurer en ce moment. Je fais tout de travers.. et je me rend compte que c'est totalement moi la fautive dans cette stupide querelle avec Jesse.. il voulait me montrer qui était mon père et je ne le laissais pas faire.. pourtant si j'avais été plus conciliante avec lui dès le premier soir, peut-être que tout irait mieux.. et que le bar serait un peu plein à l'heure qu'il est. Je regrette un peu.. cette aventure me fout une de ses trouilles. Je regarde à nouveau les photos de moi.. il tenait à moi.. à ma mère, elle est sur certaine photo.. il l'a connu surement plus que moi.. c'est vrai qu'il semblait différent de ma famille.. surement pas du même milieu mais il aurait surement fait un bon père et j'en veux aux deux personnes que j'aimais le plus au monde de m'avoir privé de tout cela.. c'était leur lourd secret.. il vient d'être dévoilé.. et je ne sais pas si aujourd'hui leur en vouloir changerait quoique se soit.. mon grand-père défaille.. ma grand-mère est morte.. tout cela ne semble plus tellement avoir d'importance, juste ce qui change c'est que je sais que j'avais un père pas si absent.. j'ai juste manqué à le connaître. Je regrette.. je m'excuse.. je ne sais pas pourquoi je l'enlace Jesse mais il est la seule personne au courant et sur le coup je n'ai pas maîtrisé ce geste. Je pleure comme une madeleine, je dois faire tellement pitié.. il doit avoir pitié littéralement. " Je ne sais pas si je suis sûre, vous voulez me faire douter et que je renonce.. profitez de ce moment de faiblesse plutôt ! " il est crétin.. moi j'en aurais fait autant. Je ne répond pas à la suite.. il n'est pas question que je réponde à ce qu'il vient de dire, ce n'est pas de la méfiance.. c'est simplement que je faisais confiance à ceux qui m'ont éduqués. Puis il recommence avec ses piques.. Je le regarde un peu plus durement. " Parce que vous estimez que je suis ce genre de filles à aller me faire repoudrer ? Je ne suis pas vraiment comme les filles que vous connaissez.. " Je ne sais pas vraiment comment je dois le prendre. " Merci pour la dépanneuse... Je .. je sais pas quoi faire, je suis totalement paumée .. Qu'est ce que les gens diront si je m'occupe d'un tel endroit ? Je fais partie d'une paroisse stricte.. ma vie va tellement changer, ça me fait peur.. et je suis toute seule.. " je me confie un peu trop, je m'en rend compte.; " Mais vous n'êtes pas obligés de vous occuper d'une gamine comme moi.. je comprendrais que vous ne vouliez plus bosser ici, après ce que j'ai fait ou dit.. "

_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Sam 12 Juil - 18:06

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Je suis ravie qu'elle est changé d'avis, je ne m'attendais pas vraiment à ce revirement de situation, en fait j'avais même perdu tout espoir avec elle, elle avait l'air tellement bornée, en fait, elle est juste paumée. Parce que vous estimez que je suis ce genre de filles à aller me faire repoudrer ? Je ne suis pas vraiment comme les filles que vous connaissez.. . Et voilà, une fois de plus, elle prend la mouche et part au quart de tour, je dois avouer que cela finit par réellement m'amuser et je pousse un peu la taquinerie : Qu'est ce que vous savez des femmes que je côtoie ? Et puis, dans le fond, c'est vrai, pour le peu qu'elle connait de ma personne, je pourrais très bien être avec mère théresa. Merci pour la dépanneuse... Je .. je sais pas quoi faire, je suis totalement paumée .. Qu'est ce que les gens diront si je m'occupe d'un tel endroit ? Je fais partie d'une paroisse stricte.. ma vie va tellement changer, ça me fait peur.. et je suis toute seule.. Ce que les gens diront, j'ai arrêté de m'en soucier il y a des lustres pour ma part, soit les gens font avec ce que je suis, soit ils s'en vont et c'est bon débarras. Quant à sa paroisse, je n'ai jamais vraiment cru en dieux, enfin, gamin si, mais quand je vois ce que la vie m'a infligé jusque là, je suis persuadé qu'un tel être n'existe pas, ou alors pourquoi serait il si cruel alors que dans le fond, je n'ai rien fait pour être puni. Hey. Je remets une mèche de cheveux derrière ses oreilles et j'essuie ses larmes de crocodiles avant de lui adresser un sourire charmeur. Je suis là moi. Quand on la voit si dure aux premiers abords, je n'aurais jamais imaginé qu'elle puisse s'effondrer de cette façon dans mes bras. Mais vous n'êtes pas obligés de vous occuper d'une gamine comme moi.. je comprendrais que vous ne vouliez plus bosser ici, après ce que j'ai fait ou dit... S'il y a bien une chose que vous devez savoir, c'est que personne ne m'oblige à faire quoi que ce soit... Je souris et je recule d'un pas pour la regarder, je suis rarement trop sérieux, un peu enfantin, j'use d'humour pour communiquer, c'est aussi un rempart efficace. Et puis cet endroit, c'est une deuxième maison pour moi... Ca m'aide à oublier parfois la situation un peu merdique dans laquelle je me trouve. Parfois, je me demande ce qui se serait passé si j'étais né dans une autre famille. J'aime mon frère et mes soeurs, plus que tout au monde, n'allez pas croire le contraire. Seulement parfois, je me dis que j'aurais pu vivre tellement de choses s'ils n'avaient pas existé. Voyager par exemple. Enfin, c'est ainsi, et dans le fond, je n'ai pas à m'en plaindre, ma vie n'est pas déplaisante.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Dim 27 Juil - 15:36


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je me rend compte que les deux mondes dans lesquels je me trouve sont totalement différents. Je ne sais pas vraiment ce que je suis censée faire à vrai dire, j'ai l'impression que le petit monde parfait dans lequel je me trouvais m'abandonne pour me laisser livrer à mo-même. Je ne sais pas ce que je suis censée faire je dois dire. Comment suis-je censée croire un homme que je ne connais pas, comment suis-je censée prendre les choses ? Un monde de mensonge s'ouvre à moi. On m'a menti toute ma vie. On va me dire quoi après ? Que mes grands-parents ne sont pas les miens ? Je ne sais plus quoi penser je dois dire. Je me retrouve dans une situation à laquelle je n'avais pas pensé, parce que naïvement je croyais vraiment ce que l'on m'a raconté toute ma vie, c'est à dire que mon père n'avait jamais voulu de moi, qu'il avait laissé ma mère. Je ne me souviens que trop peu de cette mère.. elle est morte j'étais bien trop jeune. C'est affreux de m'avoir privé d'une famille, tout simplement pour des dires qui devaient les gêner pour la réputation qu'ils avaient.. Je ne suis plus sûre d'être cette fille finalement que l'on a façonné toute une vie. C'est compliqué mais maintenant il faut assumer ce que j'aurais dû être, j'aurais pu aimer ce monde qui me choque tant aujourd'hui, pourquoi je me permet de juger des gens qui méritent de faire ce qu'ils aiment. Je me met à pleurer, je me sens monstrueuse mais aussi seule. C'est dur. Je m'effondre dans les bras surement de la mauvaise personne mais il est le seul à être là. Je déglutis, il semble comprendre le désarroi qui m'habite. Il me sourit légèrement sourire, ce qu'il me dit me rassure. Je le regarde dans les yeux, son regard est sérieux, je crois que c'est la première fois que je le vois comme ça.. parce que c'est aussi un truc que je dois apprendre chez lui, qu'il n'est pas qu'un être puéril. Je souffle légèrement pour me reprendre parce qu'il est temps que j'assume, mais cela semble si lourd sur mes épaules. Je l'écoute me dire qu'apparemment il veut se lancer dans l'aventure avec moi.. et ça me touche parce que j'ai été la pire des emmerdeuses avec lui.. Je ne lâche pas son regard, je me sens presque rosir des joues. " Apprenez moi à ce que cet endroit soit chez moi aussi.. " Parce qu'il faut que je me sente bien maintenant, que je trouve des souvenirs à construire, des anecdotes. Puis je me sens poussée des ailes.. J'approche d'un pas pour me hisser sur la pointe des pieds et déposer un baiser sur ses lèvres.. premier pour ma part.. première fois que des lèvres touchent les miennes, j'ai été tellement enfermée dans un monde prude qu'à 22 ans je me retrouve vierge de tout. Je ne sais pas si je dois regretter.. Je baisse la tête, je dois être rouge pivoine. Je me pince les lèvres. " Pardon, ça c'était dans le feu de l'émotion je crois.. je n'aurais sans doute pas.. dû... "

_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 28 Juil - 6:04

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Je ne voulais pas chambouler complètement son monde, la vérité devrait l'aider, je pensais lui faire une fleur en lui montrant tout ça. Elle a l'air si chamboulée que je ne sais plus quoi en penser, mais elle ne pouvait certainement pas rester sur cette image négative qu'elle a de son père. J'aimais James comme un père et l'entendre tenir ces propos à son égard me brisait le coeur, c'était un homme bien, de ceux qui vous ouvre les bras sans réfléchir, c'est rare de nos jours. Apprenez moi à ce que cet endroit soit chez moi aussi... Si elle apprend à me faire confiance, elle se sentira comme chez elle très vite, parce que des anecdotes, j'en ai des millions sur son père. Il a vécu une existence heureuse je pense et son seul regret est de n'avoir pas pu connaitre sa fille, il aurait pu, mais il était si mal les derniers mois qu'il n'a pas voulu lui infliger ça. J'étais dans sa chambre le jour où il est parti, me faisait promettre de prendre soin de sa fille. Il vous suffira de discuter un peu avec vos employés pour vous rendre compte de la magie qui émane de cet endroit, je sais que ça peu avoir l'air lugubre quand on y met les pieds la première fois, mais en réalité, c'est tout autre chose. Elle apprendra avec le temps, pas besoin d'en dire trop pour le moment. Je suis toujours passionné quand je parle de cet endroit en même temps, quand j'ai cru perdre mon job quelques jours plus tôt, elle a anéanti beaucoup de mes projets. Je la regarde alors qu'elle s'approche et m'embrasse, un peu inerte, je ne comprend pas tout à fait ce qui est en train de se passer entre nous. Elle recule et je la regarde, abasourdi, lui rendre ce baiser serait profiter d'elle, de sa faiblesse parce qu'elle est fragile et blessée, pourtant, j'ai sincèrement envie de recommencer, comme une drogue. Pardon, ça c'était dans le feu de l'émotion je crois.. je n'aurais sans doute pas.. dû... Je le regarde quelques secondes, je m'apprête à faire une grosse bêtise mais j'en ai tellement envie qu’honnêtement, sur le moment, je me fiche pas mal des conséquences, je ne lui promets rien en même temps. Je viens poser mes mains pour attirer son visage au mien et l'embrasser avec plus de fougue que la première fois, la surprise passée. J'ai envie d'elle, j'ai envie de gouter à sa peau et je dois avouer que le fait qu'elle arrive à me faire sortir de mes gongs n'y est pas pour rien. Le désir grimpe à une vitesse folle alors que je la fais reculer jusqu'à ce qu'on se retrouve appuyés contre la scène.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Lun 28 Juil - 16:18


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je me sens tellement mal. Mal pour tout ce que je suis en train de faire. De travers forcément. Je fais vraiment n'importe quoi. J'ai l'impression que tout est en train de changer. Je peux y arriver à changer n'est-ce pas ? Je veux, dire, de toute façon il faut croire que je n'ai pas vraiment le choix. Grandir un peu. J'ai envie de me prendre en main aussi mais j'ai tellement peur d'être seule, toute ma vie je me suis retrouvée entourée, on a bien pris soin de moi et là je suis pratiquement livrée à moi-même. Je me retrouve dans un monde qui ne ressemble en rien à celui que je connaissais. Je me calme un peu, pleurer devant un type qui vous méprise n'est pas la meilleure des choses à faire je crois. Il tente de me convaincre que le bar dans lequel j'atterris.. c'est vraiment un endroit bien, je suis presque désolée de toujours en douter, je crois que tant que je n'aurais pas vu, pas vécu ce monde dans lequel lui vit, je ne pourrais rien dire, rien penser. Je souris légèrement, je crois que je vais légèrement trop loin dans les émotions.. j'ai toujours su que j'étais une sentimentale.. mais à ce point.. Embrasser un homme, largement plus vieux, enfin pas tellement mais assez pour que mes grands-parents s'ils le pouvaient désapprouvent. J'adore ce que je ressens. J'ai envie de plus d'un coup mais ce n'est pas moi. Là, c'est le moment où je me demande.. mais qui je suis censée être ? Apparemment mes gènes ne sont pas de celui d'un prude enfermé dans sa chambre à lire des histoires, trop souvent d'amour, à espérer qu'un prince escalade le mur pour me délivrer dans mon rêve imparfait de petite fille. Je m'écarte rapidement, j'ai l'impression que j'ai franchi une limite qui n'aurait pas dû être franchie.. mais une part de moi n'arrive pas à la regretter. Je me pince les lèvres, je garde ce baiser. Mon regard croise celui de Jesse.. comment j'ai pu détester autant un homme et maintenant autant le détester ? Il m'arrive à lui, emprisonnant mon visage entre ses mains, il reprend la baiser, moins doux, mais je suppose que je suis un peu maladroite, pas le meilleur qu'il est reçu mais c'est un peu logique, c'est la première fois que je sens une langue danser avec la mienne quelque chose d'endiabler. Cela réveil en moi une sensation d'excitation dans le ventre. Le bas ventre, plus bas même, entre mes cuisses, je rougis sans arrêter ce baiser qui prend de l'ampleur. Il m'excite, c'est ça ? Je m'étais donnée une raison.. pas de sexe, rien avant le mariage et je viens de tout ruiner.. je balaye tout cela.. je le veux. J'ai peu de conviction. Je m'assoie sur la scène qui se trouve juste derrière moi. Je crois qu'il veut la même chose.. je lui plais alors ? J"aime cette idée.. entre la haine et l'amour il n'y a qu'un pas, n'est-ce pas la citation bien connue ? Je romps alors le baiser en me mordant la lèvre, je ne le quitte pas des yeux, je tremble un peu je dois rien.. je suis à la fois trempée par la pluie de tout à l'heure et à la fois nerveuse de ce que mon corps me dicte de faire. Je défais doucement les boutons de ma chemises laissant entrevoir ma lingerie.. Espérant qu'il ne se moque pas de moi et qu'il n'éclate pas de rire, j'aurais alors rien compris aux hommes et je n'aurais plus qu'à quitter la ville, par honte cela va de soit.

_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mar 29 Juil - 6:37

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Jamais je n'aurais pensé qu'on puisse en arriver là, à ce stade de proximité qui atteint un paroxysme. Je ne sais même pas ce qui me plait en elle, oui, elle est très jolie mais elle a quand même réussi à me faire péter un plomb l'autre jour, et là, mes lèvres sur les siennes, je me sens si bien, en parfaite osmose. Jamais, je n'aurais pensé que l'expression : entre la haine et l'amour il n'y a qu'un pas prendrait autant de sens. Elle est comme elle le disait avant, loin du style de femme que j'ai l'habitude de fréquenter, plus douce, plus inexpérimentée, plus effrayée aussi, comme si elle n'avait jamais fait l'amour. En même temps, vu ce qu'elle pense, ça n'a pas du lui arriver très souvent. D'ailleurs, je me demande même si je dois être l'esclave de mes envies et continuer de flirter, parce que je suis tout de même conscient de la fragilité de la jeune femme à cet instant, ou me comporter de façon plus mature et stopper toute cette histoire avant que tout cela ne dégénère. Je me stoppe quelques instant et je la regarde, je lui fais comprendre par la même occasion que si elle désire exprimer une réticence, c'est le moment, qu'elle peut encore me jeter, avant qu'il ne soit trop tard. Elle grimpe sur la scène et commence à défaire son chemisier, je crois que j'ai ma réponse finalement. Je la regarde faire dans un sourire. Elle est très belle, sa lingerie ressemble plus à celle de ma grand mère que celle d'une fille de son âge mais tant pis, cela ne gâche pas mon désir. Et bien, il semblerait que la famille est décidé de changer complètement ma vie, James déjà, avait bien débuté en m'embauchant. Je retire ma chemise d'une traite. Je grimpe à mon tour sur l'estrade pour la rejoindre et j'entreprends la découverte d'un corps parfait, aux courbes généreuses comme je les aime. Tu es si jolie. Mes lèvres s'emparent à nouveau des siennes, le désir monte en moi de façon croissante, et dire qu'il y a deux heures, j'avais envie de la décapiter. Je caressa son dos, ses fesses rebondies, penché sur elle, je recule pour défaire le bouton de son jean et le retirer en même temps. Sa culotte n'est pas plus sexy que son soutien gorge mais je m'en fiche pas mal, je la retire, prêt à user de ma langue experte et la faire monter au septième ciel.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mar 29 Juil - 17:46


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je ne sais pas du tout où cela va nous mener, mais j'ai envie de voir. Je crois qu'il pourrait me plaire.. enfin comment je suis censée savoir, je n'ai personne pour comparer. Mais ce que je sais là tout de suite c'est que je ne regrette plus autant ce baiser à partir du moment où il m'attrape pour m'en offrir un plus violent et passionné. J'ai presque du mal à suivre sur le coup, je suis loin d'être une experte mais sentir sa langue sur la mienne réveille des sensations, les fait naître, j'ai du mal à contrôler ce qui se passe sous la ceinture. C'est ça l'envie ? La passion ? La pulsion ? Le truc incontrôlable que je n'ai jamais compris.. mon esprit s'ouvre doucement mais je commence à comprendre pourquoi c'est un monde comme ça qu'il aime, bien que je ne le conçoit pas tout à fait encore. Alors on fait quoi maintenant ? Je sens derrière moi la scène du bar.. Je suis presque coincée entre lui et celle-ci mais je ne le vois pas vraiment comme un emprisonnement. Je m'assois dessus, laissant mes pieds pendre.. faisait glisser les boutons avec mes doigts.. ouvrant cette chemise pour lui faire comprendre que j'ai envie de lui, peut-être que c'est un moyen comme un autre de savoir qui je suis, j'ai toujours été contrôlée toute ma vie, il est vrai qu'un trop plein de liberté peut être dangereux, ô priez pour moi, je suis en train de pêcher.  Pardonnez-moi. Mais c'est plus fort que moi.. Il s'approche de moi, il comprend que la réciproque du théorème de la pulsion physique est réciproque. On peut y aller.. Il retire sa chemise plus rapidement que moi.. je frissonne lorsqu'il reprend mes lèvres d'assaut. Je me mord la lèvre.. j'a un peu peur mais je suppose qu'il faut se laisser faire n'est-ce pas ? Je souris légèrement.. il me trouve jolie, il me touche, c'est la première fois, il explore mon corps. Je sens toutes ses sentiments m'enivrer c'est comme boire un verre de vin en trop.. on ne sait plus tellement ce que l'on est en train de faire. Alors je suis toute à lui.. Qu'il me montre ce monde justement. je n'attend que cela. Je me laisse aller, je m'allonge sur cette scène.. il avance sur moi.. touche mon corps encore, mon jean descend.. la culotte le suit.. Je le regarde faire, je souffle légèrement.. jusqu'à retenir un gémissement. Sa langue entre mes jambes.. je gémis mais il n'y a personne pour entendre.. juste nous. Je caresse naturellement ses cheveux.. La suite est prévisible. Il remonte à mes lèvres.. et on fait l'amour, nous ne formons qu'un.. J'ai mal.. il attrape mes mains, les cale au dessus de ma tête, je les serre, je serre ses mains.. oh bon sang. Oh merde.. Je crie presque, alors c'est ce que l'on appelle un orgasme ? Je souffle, je suis totalement essoufflée.. je caresse son visage, j'aime le sentir contre moi, j'aime qu'il soit sur moi.. je souris.. " Ce n'était pas tellement prévu ça.. c'était super.. "

_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mer 30 Juil - 10:34

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Je n'arrête bêtement pas de sourire, elle me plait, elle arrive à me rendre fou alors que je crois la detester, peut être pas dans le fond, c'est vrai, c'est juste une gamine paumée. Rah c'est fou, une part de moi voudrait stopper tout ça, c'est clairement une mauvaise idée et je sais très bien qu'un jour ou l'autre, ça me retombera dessus, surtout que je ne suis pas sure que James adhérerait à cette idée saugrenue. Et pourtant, je continue, parce que c'est plus fort que moi, parce que j'en ai réellement envie. Je n'ai d'ailleurs pas l'habitude de réfléchir autant avant de me lancer dans une histoire de sexe avec quelqu'un, mais avec elle, quelque chose est différent, même si je ne saurais pas dire quoi. On fait l'amour, je vais doucement parce que je la sens crispée, un peu stréssée mais pourtant, elle me fait comprendre de ses mains qu'il ne faut pas que je m'arrête, au fur et à mesure, je la vois apprécier, prendre du plaisir dans cet acte d'amour que l'on partage sans vraiment avoir songé aux conséquences. Ce n'était pas tellement prévu ça.. c'était super... me dit elle doucement en ma caressant le visage. Je lui adresse un sourire, je suis flatté, c'est toujours agréable d'entendre ça. C'est sur qu'on aurait pas imaginé finir un jour ici et faire... ça. Je m'écarte sur le côté dans un rire. Dingue quand même cette fille, elle est complètement folle, elle va m'en faire baver, je le sais, je le sens, je ne sais même pas pourquoi mais c'est mon ventre qui me le dit. Je ne regrette cependant rien de ce qui s'est passé, au contraire, c'est fou ce qui nous arrive mais j'ai apprécié ce moment unique et éphémère, il serait mal vu que l'on continue, surtout qu'elle va être ma boss. Je me dis à cet instant qu'on aurait peut être du régler tout ces détails avant. Enfin, rien de grave, elle est surement dans le même état d'esprit, elle avait juste besoin d'être consolé et elle a prit la première personne sous la main, autrement dit : moi. Je me tourne de nouveau vers elle et la regarde quelques secondes, c'est vrai qu'elle est vraiment belle, un faux air de James. Tu as son nez. fis je dans un sourire alors que mon téléphone sonne. Excuse moi, c'est peut être important. Je prie pour que ce ne soit pas Carl qui a encore fait une connerie à l'école. Je me lève, entièrement nu et cours vers mon téléphone.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Mer 30 Juil - 18:19


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je suis en train de faire l'amour à un homme plutôt séduisant qui a fait naître un désir si puissant que vulgairement j'ai écarté les cuisses. C'est surement ce que l'on pourrait penser si on était ma grand-mère ou mon grand-père, un acte sans la mesure des conséquence.. Mais n'est-ce pas agréable de se laisser un peu aller ? Je crois que c'est la première fois, tout était tellement contrôlé dans le monde dans lequel je vis que je ne comprend pas que je n'ai pas voulu plus avant, plus de liberté, de désir. Maintenant je me rend compte que c'est de ça dont j'avais besoin pour me sentir mieux, lui.. ou le sexe ? L'acte en lui même ? Lui je crois.. il m'a ouvert les yeux, peut-être que le destin nous relie de cette manière, j'ai tendance à y croire. Je me pince les lèvres pour retenir des gémissements. Mais c'est ce que j'aime.. il me fait l'amour.. il ne se pose pas de questions il me fait l'amour.. et j'ai du mal à croire que j'ai sauté le pas mais bordel j'ai adoré.. parce que je suis presque sûre d'avoir eu mon premier orgasme de ma vie, je ne pourrais jamais plus oublier ce moment maintenant, peut-être que plus tard on en reparlera tous les deux.. je me demande si cela nous fait être en couple ? J'espère je crois.. il me plait. Je me mord la lèvre en disant que j'ai adoré. Je caresse son visage. Cela semble lui plaire que je le flatte, je suppose que c'est ce que les hommes aiment après ce qui vient de se passer. Il se met à coté de moi.. il se tourne vers moi.. son nez ? Oh je vois à mon père.. je rougis légèrement, j'aime qu'il me le dise.. mais notre moment de complicité s'écourte parce que se lève déjà pour aller répondre au téléphone.. roh bon sang, je suis vraiment trop frustrée ! J'aurais aimé le garder plus près de moi, contre moi. Je le regarde nu, se lever pour aller récupérer dans son jean son portable pour décrocher, je souris en roulant sur le coté pour l'observer. Je finis par me lever à mon tour pour attraper mes sous-vêtements. Je remonte sur la scène. Je cherche la musique et je la trouve sur le coté, je trouve un morceau connu qui se danse en classique aussi. Je fais de la danse classique depuis que j'ai 5 ans, alors forcément j'ai de bonnes, très bonnes bases. Je commence des pas, je tente de ne pas être trop rigide.. juste un peu plus sensuel ? Je ne sais pas comment il faut être, je tente d'user de la bar, de m'amuser pour une fois.. mais j'ai tellement peur de son regard.. celui qui se pose sur moi alors qu'il est toujours au téléphone.. Je le soutiens.. je le regarde sans cesser de danser.. que ferait-il ? que fera-t-il ?

_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Jeu 31 Juil - 4:29

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Je récupère mon téléphone, par chance, rien de grave avec Carl, c'est seulement la plus grande qui m'appelle pour me dire qu'elle rentrera un peu plus tard ce soir et qu'elle ne pourra pas préparer le diner, ça je peux le faire, rien de très grave. Je te rappelle. fis je à l'attention de ma soeur dans un sourire face à la scène qui s'offre à moi. C'est un tel revirement de situation, elle qui semblait si prude se lâche comme jamais, assez maladroitement il faut l'avouer, elle n'a rien de sexy mais sa grâce naturelle fait du spectacle quelque chose de particulièrement excitant. Je l'observe quelques instant et je me perds sur son corps frêle et sensuel. Elle est belle, plus je la vois, plus je perçois chez elle quelque chose de différent, de particulier. Elle est totalement opposé aux filles que je côtoie habituellement dans tout ce qu'elle fait, cette nana est une véritable énigme pour moi, il y a encore quelques heures, elle trouvait cela dégradant de se produire sur une scène et maintenant, elle le fait d'elle même, sans qu'on ne lui demande rien du tout. Tu es une fille pleine de surprises. Je grimpe à mon tour sur la scène et je me positionne derrière elle, qu'elle ne s'attende pas à des miracles, je suis un piètre danseur. Je récupère ses bras et l'embrasse dans le cou. Elle sent bon, son parfum enivre mes narines et je ferme un instant les yeux. Dire que j'ai déjà rencontré son père et que j'ai vu quelques photos de familles, celles que James avait pu sauver. La relation commence clairement à l'envers. Enfin, si on peut parler de relation, deux adultes consentants qui se laissent aller aux plaisirs de la chair. Je la fais tourner vers moi et je l'embrasse à nouveau. Ce n'est pas la première fois que je fais l'amour sur cette scène d'ailleurs mais je me retiens de la dire, histoire de ne pas gâcher cet instant proche de la perfection. J'aime ça. Je colle mon corps un peu plus contre le sien et je regarde l'horloge murale. Alors t'es sure de toi... On reprend l'affaire ? Ou c'était juste un moyen sournois de coucher avec moi ? Je ris, je plaisante évidement. Et je ne regrette absolument pas qu'elle ait quémander un peu d'amour, j'en ai bien besoin moi aussi.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 55 ■ monnaie : 548
■ pseudo : Ginny
■ célébrité : Lyndsy Fonseca

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Jeu 31 Juil - 7:35


"Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin"
 


Je le regarde s'écarter de moi pour se diriger vers son téléphone portable qui sonne. De ce que j'ai compris sa vie avec sa famille semble mouvementé, c'est en mon père qu'il a vu un protecteur, dans la logique il aurait dû être comme un frère je suppose pour moi, est-ce mal de ne pas ressentir ce genre de chose mais juste un désir et un besoin finalement d'être avec lui. Je le cherchais dans un sens, je le provoquais parce que c'était pire que moi.. il fallait que j'ai ce contact avec lui que je n'ai avec personne d'autre. Je me mord la lèvre alors en pensant à une idée.. c'est lui qui me rend comme ça, est-ce si mal ? Je déglutis.. je me lance en trouvant la musique après avoir remis tout de même par pudeur mes sous-vêtements. J'ai vraiment envie d'être avec lui maintenant, mais j'avoue qu'il reste une énigme et je me fis à ce qu'il fait, réagit.. il vient de coucher avec moi, je dois l'attirer, lui plaire, l'intéresser, ce n'est pas rien. Une musique relativement connue qui passe en radio dont les pas peuvent se jouer avec des morceaux de classique que j'apprend au conservatoire. Je crois que c'est ce à quoi ma grand-mère tenait le plus. La danse classique, elle voyait en moi une ballerine géniale, mais le métier est compliqué et prenant. Je n'ai eu que trop peur de me lancer dans une telle aventure mais je pourrais le faire pour elle maintenant que je sens mes études de littérature tomber à l'eau, de par le trop d'occupation.. je pourrais tenter ça.. pourquoi pas. Dans ma tête l'idée fuse. Je commence à danser pour le capter, le ramener à moi, il raccroche vite je suis heureuse qu'il me retrouve sur cette scène qui scelle notre première relation et j'espère pas la dernière, le début d'une belle histoire peut-être. Je le sens se mettre derrière moi.. il est proche et nu encore.. je me mord la lèvre, je le laisse laisser poser ses mains où il veut.. " C'est toi qui me rend comme ça .. " Je le laisse se frotter un peu à moi, je souris, je caresse ses cheveux, frissonne lorsqu'il m'embrasse dans le cou, bon sang il me fait tellement d'effet.. il aime ça.. ça me plait alors.. je suis presque dévouée à lui.. Mais pas naïve. Je ne serais jamais le genre qui se fait avoir par un mec. Il me demande alors si je suis sûre de moi pour ce qui est de reprendre l'affaire. Totalement maintenant, il m'a ouvert les yeux, j'en avais grandement besoin, je me sens libre. Ce point en moins peut-être, c'est agréable. Je me retourne vers lui, je l'embrasse longuement.. non pas un prétexte pour coucher avec lui, je n'avais pas prévu ça. Je me hisse dans ses bras avec grâce, enroulant mes jambes nues autour de lui sans arrêter de l'embrasser. " Sûr, tu ne regrettes pas ? j'ai besoin de toi dans cette aventure.. " Je me mord la lèvre, je frotte mon nez au sien, c'est parfait, divin, génial. Je le veux encore pour longtemps..

_________________
reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 42 ■ monnaie : 469
■ pseudo : marion
■ célébrité : Max Irons

MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   Sam 2 Aoû - 17:24

Melwin ∞ Jesse
Ah oui, parfois, quand les adultes disent « toujours », ils veulent dire « pendant très longtemps. »
Tout est si étrange, comme si la réalité était déformé, ce n'est pas dans mes habitudes de me montrer si doux, si tendre, je ne papote pas après l'amour mais quelque chose me donne envie de la protéger, la prendre son mon aile. Tous les deux entièrement nus dans cette boite, on est à l'aise, moi je l'ai toujours été en même temps, je n'ai pas de soucis avec mon corps, je lui accorde des défauts et des qualités et je m'accepte tel que je suis. Je posa mes mains sur ses hanches, positionné juste derrière elle. C'est toi qui me rend comme ça... Quel coq je fais quand même, fier, je la laisse venir à moi et m'embrasser avec une passion enivrante. Je crois que je ne me rend pas tout à fait compte de ce qui se trame, mais il est clair que je me brûle les ailes en jouant à ce petit jeu. Elle enroule ses jambes autour de ma taille, elle est plus sensuelle et expérimenté que je l'aurais cru. Si on en croyait ses propos, elle n'a pas eu beaucoup de conquêtes, elle ne pourrait pas se montrer si experte si elle n'avait pas connu d'autres hommes. En tout cas, mon expérience parle d'elle même, ma première fois, c'était sur la plage, un désastre, du sable partout, j'ai pas duré plus de dix secondes et franchement, j'étais gauche comme un manche. Une horreur, j'en ris aujourd'hui, mais à l'époque, c'était un de mes pires souvenirs, j'ai eu si peur que j'ai mis six mois avant de retenter l'expérience. Sûr, tu ne regrettes pas ? j'ai besoin de toi dans cette aventure.. Si je ne regrette pas ? Cette boite, c'est mon bébé, en dehors de ma vie de famille qui frôle l'invivable, je n'ai que ça, c'est le pilier principal de ma vie, d'ailleurs ces derniers jours, j'étais déprimé à l'idée de perdre ce qui me donnait une véritable raison de me lever le matin. Regretter, t'es folle. Je serais ton bras droit. Un clin d'oeil et je la laisse redescendre doucement alors que nos nez se frôlent. Elle est plus légère qu'on ne l'imagine, elle est très fine. Tu danses bien, tu devrais faire partie du show ! fis je pour la taquiner un peu. Je sais qu'elle ne supporterais pas l'idée dégradante de danser à moitié nue devant des hommes avec un trop plein de testostérones. Elle nous a quand même bien mit dans la merde avec son "caprice", trois jours en moins, ça allait paraitre à la fin du mois sur les salaires de tous le monde et je ne suis pas sure qu'elle va être apprécié par tous, surtout si elle se permet de faire des remarques sur les danseuses. Elles ont en général un sale caractère, croyez moi.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Écris l'histoire mais n'écris jamais la fin - Melsse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et le fil ? (pas de l'histoire, mais du corps !)
» Nouveau Scootard (mais vieux motard que jamais...)
» cris et laurent
» [L1] Lyon 1-1 Lille (Cris)
» CRIS ET CHUCHOTEMENTS DE LA PRO D2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: FORT MACDEN :: Burleson Road-