AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter tous les deux heures → tops-sites

Partagez | 
 

 Midnight city ◄ Jilian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

■ messages : 339 ■ monnaie : 242
■ pseudo : Cal
■ célébrité : Freddie Stroma

MessageSujet: Midnight city ◄ Jilian   Dim 15 Juin - 13:18

Jilian & Brynjar



« Real human being and a real hero »


Étrange cette sensation. Se trouver dans cet endroit le mettait mal à l’aise, Brynjar avançait, les mains plantées dans les poches. Lia, à l’extérieur, jouait avec ses amis. Ils étaient occupés à se courir après, s’attraper et sauter par-dessus des petits rochers. L’orphelinat, un endroit singulier. Bryn n’appréciait pas ce lieu ! Tout simplement car il ne pouvait s’empêcher de ressentir une peine immense pour ces enfants, sans point d’encrage, sans corde de secours, avec juste quatre murs autour d’eux jusqu’à leurs dix-huitième année. Et puis, plus rien. On les aiderait à trouver un logement et ils partiraient faire leur vie. Brynjar, en plus de tout ça, avait bien failli tomber dans ce genre de cercle vicieux, lui aussi. Après la mort de son père, parti à la guerre, sa mère avait eu du mal à se remettre d’aplomb. Si à l’époque les services sociaux étaient tombés sur le petit Brynjar qui se faisait à manger tout seul après les cours et s’occupait de sa maman déprimée, ils auraient pris des mesures dans la seconde.

Aujourd’hui, Brynjar était venu à l’orphelinat pour faire plaisir à Lia. Elle avait promis à des copains de classe qu’elle leur rendrait visite, c’était l’anniversaire de l’un d’entre eux. Armée de son cadeau, elle avait imploré son papa de l’accompagner. Au début, Bryn avait été très réticent. Il ne savait pas comment réagir face à des enfants qui avaient perdu leurs parents, qui étaient seuls au monde. Mais puisque ça faisait plaisir à Lia, l’ambulancier avait obtempéré. Ils étaient donc venus en voiture et la fillette avait couru dans les escaliers, la boîte entre les mains. Brynjar l’avait suivie jusqu’à l’intérieur, plein d’autres enfants jouaient par-ci par-là. Quelques adultes les surveillaient et une femme, dans la quarantaine, habillée de façon stricte et classe, s’approcha du jeune homme. Un sourire accueillant et chaleureux se peignit sur son visage halé et elle glissa les doigts dans sa chevelure crépue.

- Bonjour Monsieur Brynjar ! C’est un plaisir de faire votre connaissance ...

Ils se serrèrent la main, commencèrent à marcher. Bryn comprit que Lia avait, sans son accord, affirmé à tous ses amis qu’elle serait de la partie. Aussi, ceux-ci avaient déjà prévenu l’assistante sociale de leur venue. C’est pourquoi, elle avait pu l’accueillir en citant son prénom. Le blond la suivit, elle lui montra rapidement le jardin, lui offrant de se servir au buffet. Après tout, ce jour était une journée spéciale pour le petit Thomas qui fêtait ses huit ans ! Brynjar esquissa un sourire et s’adossa à un mur pour observer sa petite Lia courir et attraper le bras d’un ami. Ils étaient heureux, ils semblaient ne pas souffrir de l’absence de parents, du moins, pas dans l’immédiat. Sans doute devaient-ils avoir des moments plus durs que d’autres.

- Dis Monsieur, eh ben tu sais, Lia, elle dit toujours que t’es un super-héros !

Brynjar passa cinq bonnes minutes à jouer avec le petit garçon à lunettes qui lui rappelaient un Harry Potter, lors de ses débuts au cinéma. Quand il cessa de faire semblant d’être paralysé par un tir imaginaire provenant du pistolet tout aussi imaginaire du gamin, il lui ébouriffa les cheveux dans un geste amical et lui conseilla de rejoindre ses amis. Soudain, en redressant le regard, il croisa une silhouette occupée à discuter avec Lia. Bryn fronça les sourcils et hésita à s’approcher, pourquoi une adulte parlait à sa fille ? Se dirigeant vers l’assistante sociale qui l’avait accueilli, il se renseigna. Quand il sut la vérité, on put presque voir la fumée jaillir de son crâne. Une psy qui discutait avec Lia ? C’était hors de question ! Inacceptable même.

- Elle n’est pas ...

Brusquement, il réalisa qu’ils étaient tous les deux debout dans le jardin et qu’une myriade de petits regards étonnés les fixait. Brynjar avait failli dire « comme eux »  mais se ravisa au dernier instant, se mordant la lèvre pour retenir des mots maladroits de déferler. Au lieu de ça, il se contenta d’achever sa phrase de la façon la plus appropriée possible :

- Lia n’est qu’une invitée à cette fête d’anniversaire, elle vous remercie d’ailleurs pour tout ça !

Convaincu qu’il n’y avait aucune embrouille, tous les enfants reprirent leurs jeux. Même Lia, retourna gambader en faisant mine de chevaucher une licorne qu’elle appelait « Étoile ». Vive les amis imaginaires. Brynjar fit signe à la jeune femme de le suivre, s’éloignant de toute la nuée de gamins chantant, dansant, riant et jouant. Quand ils furent sous le porche, avec pour seule compagnie le tintement des verres à l’intérieur et l’odeur des cupcakes, Bryn reprit :

- J’apprécierais que vous me consultiez avant de parler à ma fille ... elle n’a certainement pas besoin des services d’une psy !




©CeL

_________________
- it's where my demons hide -
Save some face, you know you've only got one. Change your ways, while you're young. Boy, one day you'll be a man. Oh, girl, he'll help you understand. Smile like you mean it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 100 ■ monnaie : 681
■ pseudo : RealFaceFilm
■ célébrité : Katerina Graham

MessageSujet: Re: Midnight city ◄ Jilian   Lun 16 Juin - 14:02

Midnight city.
Brynjar et Jilian.

L'orphelinat était un endroit plutôt morose, sombre, qui dégageait de mauvaises ondes. Des enfants grandissaient ici, sans figure parentale. Jilian estimait qu'un enfant n'avait pas le droit de vivre sans ses parents, tout simplement. Elle ne respectait pas les parents qui abandonnaient leurs enfants, qui gâchaient leur vie, et cela les marquait beaucoup plus qu'on pouvait le croire.
Aujourd'hui, l'orphelinat était plus dynamique que d'habitude, des tas d'enfants couraient dans le petit parc qui faisait office de jardin. Mais au fond d'eux, ils se sentaient mal. Jilian savait qu'ils essayaient de ne pas trop y penser. Mais ce n'était pas possible, à chaque fois qu'ils allaient à l'école, ils voyaient les parents qui faisaient des bisous, et des câlins. Chose qu'ils ne recevaient pas.

Jilian aurait pu atterrir dans cette endroit, elle aussi. Tout comme sa sœur, et son frère. Leur père avait été violent, et leur mère avait tout fait pour les protéger. Si les choses avaient été plus graves...Mon dieu, elle n'osait même pas y penser ! L'image du visage de sa mère recouvert de bleus et d'ecchymoses était suffisant.

Au fur et à mesure que l'heure de l'anniversaire du petit Thomas approchait, les parents déposaient leurs enfants, et ils semblaient ravis d'être ici. Tous les responsables de l'orphelinat étaient au courant. Ils connaissaient les prénoms et noms des invités, mais également le visage de leurs parents. Après tout, on ne pouvait pas priver un enfant de fêter son anniversaire. C'était une étape importante, surtout quand on était seul depuis sa naissance.

La jeune femme sortit dehors, et se positionna vers la porte fenêtre, tout en observant les garnements qui couraient dans tous les sens. Certains se prenaient pour des pirates, et d'autres, pour des princesses. Ils étaient insouciants, profitaient du beau temps, de la vie, de leurs amis. Et c'était le plus important, au fond.
Jilian était psychologue, mais elle n'agissait pas comme tel envers les petits. Au contraire, elle tentait de s'adapter à leurs demandes, à leurs problèmes. Elle ne pouvait pas non plus agir en tant que parent. Elle les aidait juste à comprendre ce qui se passait dans leur tête, et à les aider. Un enfant ne pouvait pas rester dans cet état jusqu'à sa sortie de l'orphelinat. La structure accueillait aussi des adolescents, et la plupart du temps, ceux-ci étaient frustrés, et ressentaient un manque. Ils connaissaient la vérité : dès qu'ils sortaient d'ici, ils devaient trouver un appartement, un travail, pour vivre. Ils devaient prendre leur envol, seuls.

Jilian était plongée dans ses pensées lorsqu'une petite fille tira sur son pantalon, demandant un peu d'attention. La jeune femme s'accroupit immédiatement, se mettant à la hauteur de la petite fille. Celle-ci lui indiqua son prénom : Lia, mais également son âge. Mais ça, Jilian le savait déjà. La petite était accompagnée de son père, qui devait sans doute être dans les parages. Jilian sourit, lorsque la petite lui expliqua qu'elle jouait à la princesse.

Mais soudainement, une ombre apparût sur Jilian, et elle leva rapidement les yeux. Le père de la petite se trouvait là, et semblait furieux. Mais pourquoi, au juste ? Il commença sa phrase, et se tût immédiatement. Mais Jilian comprit vite. Elle avait l'habitude de tout ça. Les enfants qui se trouvaient à l'orphelinat étaient parfois considérés comme des parias, et subissaient les moqueries de leurs camarades. Mais les mots venaient d'un adulte, et elle ne pensait pas cela possible.
Elle se redressa immédiatement, et haussa les sourcils, attendant la suite de sa phrase. Mais il fût astucieux et la détourna habilement.
Très vite, il lui fît signe de la suivre, ce qu'elle fît. Mais pas pour se soumettre, non, juste pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Jilian n'était pas du genre à se laisser faire, et aller au conflit ne la dérangeait pas, au contraire, cela l'amusait. Elle savait déjà ce qu'elle allait dire à ce mec, qui se permettait de rabaisser les enfants qui vivaient ici.
Il s'arrêta dans le salon, qui était spécialement décoré pour l'occasion. Sur les tables, trônait un banquet sucré, qui faisait plaisir aux plus petits.

« Je n'en dirais pas autant de vous, en revanche. » cracha t-elle. « Quel est votre problème, exactement ? Avez vous entendu ce que m'a dit votre fille ? » demanda t-elle. « C'était très sérieux. Elle m'a dit qu'elle était une princesse ! »

Jilian leva les yeux au ciel, secouant la tête.

« Je ne sais pas pour qui vous vous prenez, monsieur...Hjálmarsson. » répliqua t-elle. « Vous pensez peut-être que ces enfants ne sont pas normaux, et dans ce cas, j'ai pitié de vous, mais ils ont besoin de gens comme nous. Si cela arrivait à votre fille, vous seriez bien content de voir que quelqu'un se soucie d'elle. »



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 339 ■ monnaie : 242
■ pseudo : Cal
■ célébrité : Freddie Stroma

MessageSujet: Re: Midnight city ◄ Jilian   Sam 28 Juin - 12:58

Jilian & Brynjar



« Real human being and a real hero »


Les yeux de la jeune femme se posèrent sur lui, un regard déterminé. Cette demoiselle-là n’était pas le genre à se laisser marcher sur les pies, ça se voyait clairement. Le regard réprobateur, à la limite de l’indignation, qu’elle lui lança, ne l’arrêta pas. Brynjar était hors de lui, voir sa fille, sa petite Lia qu’il s’évertuait à éduquer seul, entre les mains d’une psychologue ! C’était pile tout ce dont il cauchemardait, la nuit. Les deux adultes s’éloignèrent, réglant leur différend ailleurs qu’au beau milieu des enfants courant, riant et jouant. Il était plutôt inutile de gâcher la bonne ambiance générale sous prétexte qu’ils n’étaient pas d’accord. Mais à peine furent-ils esseulés que déjà, les hostilités débutaient.

La remarque de la psy lui fit arquer un sourcil, si Jilian n’était pas du genre à s’écraser, Brynjar non plus ! Et entendre quelqu’un lui parler sur ce ton, une personne qu’il ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam, ça allait vite lui faire perdre patience. Il secoua la tête négativement en écoutant la jeune femme, Bryn redressa sur elle un regard noir, empli d’une colère qu’il commençait à réellement ressentir. Se justifier auprès des inconnus n’étant pas du tout dans ses habitudes. Toutefois, le commentaire final fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Les yeux du jeune homme s’écarquillèrent tandis qu’il foudroyait Jilian sur place. Elle le dépeignait comme un monstre qu’il n’était pas et lui faisait envisager une situation à laquelle il se refusait à penser. S’emportant, Bryn s’avança d’un pas furieux et pointa un index accusateur sur la psy.

- Je me prends pour un père qui refuse de laisser sa fille aux mains de charlatans de votre genre ! Et non, je ne les considère pas comme des êtres anormaux, désolé de vous décevoir, je peux pleinement compatir à leur souffrance. Cela dit, ma fille n’est pas orpheline ! C’est une réalité et je souhaitais simplement vous la communiquer ... si cela vous a heurté, tant pis pour vous ! En tous les cas, c’est une invitée et pas une pensionnaire ... voilà l’unique but de mon approche.

Il finit par faire un pas en arrière, le rouge lui étant monté aux joues, Bryn fit tout pour se calmer et tourna les yeux vers le jardin. Lia ne se doutait de rien, elle gambadait telle la petite fée qu’elle était, au milieu de ses amis. Le blond secoua la tête et releva les yeux sur la psy pour lui asséner une nouvelle pique, tout aussi naturellement que le petit discourt précédent :

- Je vois que vous avez le sens de l’hospitalité dans cet endroit ! Ne vous en faites pas, je laisse Lia jouer dix minutes avec ses amis et je vous libèrerais de la présence néfaste du monstre inhumain méprisant des orphelins que je suis ...

Lâchant une exclamation d’exaspération, il haussa les épaules. Brynjar était du genre à démarrer au quart de tour et quand la machine était en marche ... bonne chance pour l’arrêter en plein milieu de trajectoire !




©CeL

_________________
- it's where my demons hide -
Save some face, you know you've only got one. Change your ways, while you're young. Boy, one day you'll be a man. Oh, girl, he'll help you understand. Smile like you mean it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 100 ■ monnaie : 681
■ pseudo : RealFaceFilm
■ célébrité : Katerina Graham

MessageSujet: Re: Midnight city ◄ Jilian   Jeu 3 Juil - 14:23

Midnight city.
Brynjar et Jilian.

Les enfants jouaient, et les responsables de l'orphelinat, accompagnés des parents, les surveillaient. Certains discutaient en groupes, tout en portant leur attention sur les enfants de temps en temps, d'autres jouaient carrément avec eux, en imitant un dragon ou une vilaine sorcière. Après tout, faire sortir les enfants de leur train train quotidien était nécessaire. Leur vie était assez sombre comme ça, il était inutile d'en rajouter. Mais Jilian était persuadée que le lendemain, certains petits ne comprendraient sans doute pas pourquoi ils se retrouvaient dans une telle situation, seuls, sans personne autour d'eux. La simple idée que quelqu'un puisse abandonner la chair de sa chair, la rendait malade. Même si ils étaient entourés, les enfants n'avaient pas de modèle, et n'avaient pas les principaux piliers de leur vie. C'était un manque qui ne pouvait pas être compensé, de quelle façon que ce soit.

Et là, le père d'une petite s'égosillait, en lui jetant les pires horreurs à la figure. Et le must ? Il la pointait du doigt. Bordel de merde. Jilian était du genre à répondre quand quelqu'un lui tendait une perche. Cet homme était arrogant, et se faisait une très mauvaise idée de son métier. « Des charlatans », voilà comment il les qualifiait. S'il savait combien ces mêmes « charlatans » étaient importants pour les petits. Ce mec n'avait jamais mis les pieds dans un orphelinat, et cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Ces paroles étaient franchement désagréables, et plus il parlait, puis elle s'énervait. Mon dieu, faites qu'il ne fasse pas un scandale, pensa t-elle, tout en serrant la mâchoire.

« Des charlatans, vous dites... » grommela t-elle, entre ses lèvres. « Vous avez beaucoup de toupet, en plus d'être complètement stupide ! Ces enfants ont besoin de nous, que vous le vouliez ou non, que vous soyez d'accord, ou non, et je ne vois pas du tout en quoi le fait de parler de princesse avec votre fille est un souci, à moins que vous ayez peur qu'un dragon tombe du ciel ? » répondit-elle, en haussant la voix à son tour.

Jilian afficha un sourire en coin. D'ailleurs, les enfants n'étaient pas les seuls à avoir besoin d'un psy, apparemment. Ce mec avait vraiment un problème ! La jeune femme jeta un œil au dehors, et remarqua que personne n'avait aperçu leur petit aparté. Tant mieux, elle se ferait moins taper sur les doigts ce soir.

« C'est vraiment vous, qui avez besoin d'un psy ! Vous êtes tombés sur la tête, ou quoi ?! Le gamin qui est ici ne demandent qu'une chose, fêter son anniversaire avec ses amis, rien d'autre. Et vous, vous arrivez comme une pomme tombée d'un arbre pour semer la... »

Jilian s'arrêta brusquement, s'empêchant de sortir une grossièreté. La jeune femme devait être rouge de colère. En tout cas, elle avait terriblement chaud. Mais à quoi bon discuter avec un abruti, de toute façon ? Il ne comprenait pas le but de sa présence, et elle non plus, d'ailleurs. Pauvre gosse, tiens...Elle ne savait pas ce qui était arrivé à ce père de famille, mais il avait vraiment un problème.

« Écoutez, monsieur, je vous propose de vous calmer immédiatement. Je me contrefiche de ce que vous pensez de moi, et de mon métier, mais vous ne pouvez pas vous permettre de faire un scandale dans cet orphelinat. Vous ne vous rendez pas compte de ce que nous leur apportons quotidiennement. Et si vous ne le comprenez pas, je vous propose de partir immédiatement, et sans attendre. Je ne veux pas de quelqu'un comme vous dans cet établissement. Il n'y a pas de place pour les abrutis. »

Voilà, elle avait dit le mot qu'elle avait envie de sortir depuis plusieurs minutes. Elle était dans la merde, maintenant. Et elle se ferait sans doute réprimander dans les règles, mais peu importe. Elle ne pouvait pas se retenir dans de telles situations, d'autant plus qu'aller au conflit l'amusait. Mais là, il ne s'agissait plus d'elle, mais les personnes travaillant ici, et donnant toutes leurs tripes pour ces gamins, se faisaient insulter gratuitement.




Code by Silver Lungs

_________________
Lay me down tonight in my diamonds and pearls. Tell me something like I'm your favourite girl. Need you, baby, like I breathe you, baby. Need you, baby, more, more, more, more.
--- ©️ Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 339 ■ monnaie : 242
■ pseudo : Cal
■ célébrité : Freddie Stroma

MessageSujet: Re: Midnight city ◄ Jilian   Jeu 10 Juil - 18:27

Jilian & Brynjar



« Real human being and a real hero »


Se séparer du reste des parents avait été une sacrément mauvaise idée ! Car ici, rien que tous les deux, la jeune femme s’en donnait à cœur joie ! Tellement que le blond sentait sa colère gronder, tel un orage monstrueux, retenu captif dans sa gorge. Le mot « stupide » le fit tiquer et il fronça les sourcils, pas du tout certain que ce genre de vocabulaire soit toléré dans l’établissement. Brynjar la fixait, avec une telle haine dans le regard qu’un thriller ne serait pas parvenu à obtenir mieux ! L’ironie de la demoiselle le laissa de marbre tandis qu’il bouillonnait intérieurement. Un dragon, non mais un lavage de cerveau par une psy bidon, oui !

Plus les minutes s’écoulaient et plus elle s’enfonçait. À chaque souffle, chaque syllabe qui s’échappait de sa bouche, Brynjar imaginait le plaisir immense qu’il ressentirait à taper une colère à la direction. Il irait hurler tellement fort dans ce foutu bureau que plus jamais cette folle dangereuse et sauvage, ne verrait un enfant, de près ou de loin. Brynjar allait lui faire la misère, il se le promettait.

- La ferme !

C’était sorti comme un cri mais pas assez fort pour se faire entendre de tous, surtout pas des enfants. Brynjar la foudroya du regard et pointa brusquement un index menaçant dans sa direction, il la désignait comme on désigne une sous-merde, un rat qui nous dégoûte en traversant la cour à l’improviste. Le jeune homme aurait pu littéralement tout exploser dans la pièce, s’il n’avait pas eu un peu de self-control. D’une voix forte, rendue rauque par la colère, il enchaîna :

- Insulte-moi encore une fois d’abruti, de stupide ou de quoi que ce soit ... essaie pour voir ! T’es rien ,t’es personne ! Juste une petite psy qui se prend pour quelqu’un alors oué, je vais me barrer et j’emmène ma fille loin de ce chien enragé que j’ai sous les yeux !

Brynjar la dévisagea, avec intensité et écœurement. Clairement, il la haïssait de chaque parcelle de son être. Personne, absolument personne ne s’adressait à lui de cette manière ...



©CeL

_________________
- it's where my demons hide -
Save some face, you know you've only got one. Change your ways, while you're young. Boy, one day you'll be a man. Oh, girl, he'll help you understand. Smile like you mean it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

■ messages : 100 ■ monnaie : 681
■ pseudo : RealFaceFilm
■ célébrité : Katerina Graham

MessageSujet: Re: Midnight city ◄ Jilian   Mer 16 Juil - 6:46

Midnight city.
Brynjar et Jilian.

Pour qui cet homme se prenait-il, exactement ? Elle ignorait ce qu'il faisait dans la vie, quelle était sa façon de vivre, ou comment il réussissait à éduquer son enfant s'il n'était déjà pas capable d'apprendre la politesse. Et honnêtement, elle s'en contrefichait. Elle n'appréciait pas du tout la manière dont il l'avait épinglée, il y a quelques minutes. Il était vraiment arrogant, et prenait les autres pour des imbéciles. Peut-être serait-il judicieux de balayer devant sa porte, au lieu de balayer devant celle des autres ?

Jilian n'avait pas pour habitude d'élever la voix devant tout le monde, encore moins sur son lieu de travail, mais elle n'avait pas pu se retenir. Ce mec l'avait faite sortir de ses gongs, et elle avait commis l'irréparable en le traitant d'idiot. Elle était au travail, bordel de merde ! Il fallait vraiment qu'elle fasse gaffe. L'air qu'il affichait était rempli de colère et de haine, nul doute qu'il n'hésiterait pas à faire plonger sa carrière. Cet homme était prêt à tout. Mais pourquoi, exactement ? Elle ne faisait que répondre à ses accusations complètement infondées.

Il la pointa du doigt, comme si elle était...de la merde. Il fallait le dire. Elle écarquilla ses yeux verts lorsqu'il lui ordonna de se taire. Elle était à présent certaine qu'il n'hésiterait pas à dire un mot de tout cela à Robert, le directeur de l'orphelinat. Demain, elle serait convoquée dans son bureau, et elle devrait s'expliquer. Robert était exigeant, et ne supportait pas que des scandales éclatent dans son établissement. Mais elle prendrait son calme en patience, et tenterait de lui expliquer mot pour mot ce qui s'était passé. Elle n'était pas dans l'erreur. Ce mec s'en prenait à elle parce qu'elle était psy. Qui avait besoin d'un psy, maintenant ?

« Excusez moi, je ne sais pas où vous avez appris la politesse, Monsieur, nul part, apparemment, mais ici, nous ne tutoyons pas les gens que nous ne connaissons pas. » répondit-elle en gardant un ton le plus calme possible. « Faites donc. Faites, prenez votre fille. Après tout, si vous pensez avoir raison, je ne vais pas vous retenir. Cela serait une perte de temps. J'ai l'habitude de croiser des gens arrogants, mais je pense que vous battez les records. »

Cet homme était prêt à tout, alors pourquoi pas elle ?

« Mais haussez la voix contre moi une fois de plus, et c'est vous qui serez dans de beaux draps. » indiqua t-elle. « Vous voyez, ici, nous avons des caméras. Pour surveiller les enfants, mais aussi d'éventuels cambrioleurs. Nous sommes protégés. »

Jilian leva le bras, et indiqua une caméra qui se trouvait dans le coin de la pièce, dont la lumière rouge clignotait.

« Un pas de plus, et c'est les flics qui viendront sonner à votre porte. Votre fille ne mettra plus un pied dans cet établissement, et elle perdra sans doute un ami. Mais je suppose que vous vous en fichez. Et moi donc ! » continua t-elle, avant d'observer les enfants qui jouaient dehors. « Je trouve ça malheureux que vous jugiez les gens par leur profession. Enfin bon, je ne peux plus rien faire pour votre santé mentale, apparemment. Vous êtes déjà au fond du fond. »




Code by Silver Lungs

_________________
Lay me down tonight in my diamonds and pearls. Tell me something like I'm your favourite girl. Need you, baby, like I breathe you, baby. Need you, baby, more, more, more, more.
--- ©️ Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Midnight city ◄ Jilian   

Revenir en haut Aller en bas
 

Midnight city ◄ Jilian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Country Surgeres City
» GPS pour Cyclo - Garmin Vista Hcx + Carte City Nav BeNeLux+F
» [JAPON] Honda City TURBO I & TURBO II
» 10 Lion's City pour Brest…
» Boite qui claque et diagnostic 1300 midnight star

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HILLSTON, TEXAS :: Wedgewood Street-